Syrie: début des législatives dans un climat tendu après l’explosion de deux bombes

Une personne a été tuée et une autre blessée dans l’explosion de deux bombes, le samedi 18 juillet à Damas, à la veille des élections législatives dans ce pays en guerre. Un scrutin qui se déroule dans un climat de tensions, avec des groupes qui n’entendent pas y prendre part dans plusieurs régions d’une Syrie divisée.

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Les Syriens ont commencé ce dimanche à élire leurs députés, dans un pays ravagé par la guerre. Plus de 7 400 bureaux de vote ont ouvert leurs portes à 7h ce matin dans les zones gouvernementales, selon la Commission électorale. Pour la première fois, le scrutin va se tenir dans d’anciens bastions de la rébellion.

Initialement prévu en avril, le vote a été retardé à deux reprises en raison de la pandémie de coronavirus qui a contaminé 496 personnes et fait 25 morts dans les régions du régime, selon les chiffres officiels.

À la veille de ce scrutin, deux bombes ont explosé près d’une mosquée dans la banlieue sud de la capitale, une zone où le Hezbollah libanais et les Gardiens de la révolution iranienne sont présents en force. Une personne a perdu la vie à cause d’une de ces bombes. Une autre a été blessée par l’explosion de la deuxième.

► À lire aussi : Syrie: Bachar el-Assad, vingt années de terreur

Pas de vote dans les régions tenues par les djihadistes, l’armée turque et les forces kurdes

Ces attentats interviennent à la veille des troisièmes élections législatives organisées en Syrie depuis le début de la guerre, en 2011. À la différence des deux autres scrutins, cette consultation se déroulera dans d’ex-fiefs rebelles.

Le régime de Bachar el-Assad, montre ainsi qu’il marque son grand retour. Il réimpose sa souveraineté sur des territoires autrefois contrôlés par des rebelles ou par des jihadistes. Ainsi, les habitants de la Ghouta orientale, de Hassaké, de Deir Ezzor, sont également appelés aux urnes, cette fois-ci.

« Jusque-là ces régions ne pouvaient plus voter mais désormais c’est de nouveau possible. Même la province d’Idleb, qui est entre les mains de groupes armés terroristes, va pouvoir voter. Ce sont les déplacés d’Idleb, qui ont trouvé refuge dans les territoires contrôlés par l’État syrien qui vont élire leurs députés. Comme ça leur province sera représentée à l’Assemblée nationale », explique Elia Kajamini, un intellectuel syrien pro-régime.

Cependant, le scrutin n’aura pas lieu dans les régions du nord, occupées par l’armée turque. Les forces kurdes, qui contrôlent 20% du territoire, ont annoncé samedi qu’elles n’étaient concernées « ni de près ni de loin » par ces élections. Un porte-parole a indiqué qu’aucune urne ne sera placée dans les régions du nord-est, gérée par une administration autonome.

La légitimité populaire 

« Bien sûr, c’est le parti Baas qui est au pouvoir, mais il y a aussi dix autres partis qui jouent un rôle dans la vie politique syrienne. Il y a aussi des candidats indépendants qui pourront être élus et qui siégeront parmi les 250 députés à l’Assemblée nationale », rajoute Elia Kajamini. Toutefois, aucune surprise n’est attendue, le parti Baas, au pouvoir depuis un demi-siècle et intimement lié au clan Assad, remporte généralement haut la main ces législatives, organisées tous les quatre ans pour élire 250 députés.

Le taux de participation est un enjeu important pour le régime qui veut s’assurer une légitimité populaire, alors que le pays traverse une crise économique sans précédent. En effet, la monnaie nationale est en chute libre et 80% de la population vit sous le seuil de pauvreté selon les Nations unies, dans ce pays ravagé par près de dix années de guerre.

Toutefois, près de 5 millions de Syriens réfugiés en Turquie, au Liban ou en Jordanie ne seront pas autorisés à prendre part au vote. Lors des législatives de 2016, le taux de participation avait été de 57.56% parmi les près de 9 millions d’électeurs.

Source : RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 × 23 =