La fiancée du journaliste assassiné dénonce Biden pour son projet de se rendre en Arabie saoudite

La fiancée du journaliste assassiné Jamal Khashoggi a déclaré mercredi qu’elle était « très déçue » du projet du président Joe Biden de rencontrer le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, qui, selon les États-Unis, a ordonné l’opération qui a tué Khashoggi en 2018.

« M. Biden, vous vous rendrez bientôt en Arabie saoudite en tant que président, où vous rencontrerez l’exécuteur sans cœur de Jamal (sic), vous déshonorant vous-même et Jamal en rencontrant MBS », a déclaré Hatice Cengiz dans un message vidéo posté par Democracy for the Arab World Now, une organisation à but non lucratif fondée par Khashoggi en 2018.

© Hasan Jamali/AP, FILESaudi journalist Jamal Khashoggi speaks during a press conference in Manama, Bahrain, Dec. 15, 2014.

Cengiz a demandé à Biden de faire pression pour obtenir plus de réponses sur la mort de son fiancé lorsqu’il rencontrera Mohammed lors d’une visite à Djeddah, en Arabie saoudite, le mois prochain.

« Si vous devez mettre de l’huile sur les principes, et l’opportunisme sur les valeurs », dit-elle, « pouvez-vous au moins demander : « Où est le corps de Jamal ? Ne mérite-t-il pas un enterrement en bonne et due forme ? Et qu’est-il arrivé à ses assassins ? », a-t-elle imploré.

En tant que candidat, Biden s’est un jour engagé à faire de l’Arabie saoudite un « paria » pour ses violations des droits de l’homme. Peu après son entrée en fonction l’année dernière, son administration a publié un rapport des services de renseignement américains qui évaluait que Mohammed avait ordonné l’opération qui avait abouti au meurtre de Khashoggi à Istanbul. Khashoggi était un chroniqueur du Washington Post qui vivait en Virginie.

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a déclaré à ABC News qu’elle ne pouvait pas dire si Biden poserait spécifiquement les questions soulevées par Cengiz, mais a déclaré que le président était un « tireur direct ».

« Je ne peux pas lire tout de suite ou exposer ce que sera l’ordre du jour, ou ce que seront les conversations », a-t-elle déclaré. « Mais je peux vous assurer, je peux vous assurer que quand il s’agit des droits de l’homme, c’est quelque chose qui est une priorité pour ce président. »

Elle a déclaré que « le simple fait d’entendre » les commentaires de Cengiz était « dévastateur ».

« Clairement, nos cœurs vont à elle et à sa douleur qu’elle traverse actuellement », a déclaré Jean-Pierre.

Les commentaires de Cengiz font suite à l’annonce par la Maison Blanche que Biden se rendra en Arabie saoudite en juillet.

Le voyage prévu a suscité la colère pour le message potentiel qu’un voyage diplomatique pourrait envoyer à un pays accusé d’implication dans le meurtre de Khashoggi, ainsi que de nombreuses violations des droits de l’homme.

Mais le président a également du mal à maîtriser l’inflation et les prix de l’essence, un handicap politique.

L’Arabie saoudite, un important producteur de pétrole, préside le groupement des pays arabes producteurs de pétrole du Conseil de coopération du Golfe. L’Arabie saoudite et l’administration Biden ont toutes deux déclaré que la sécurité énergétique ferait partie des discussions lors de la visite de Biden.

Cengiz a également lancé un appel personnel à Biden.

« Président Biden, je sais que vous avez vécu la douleur inimaginable de perdre un être cher », a-t-elle déclaré.

Cengiz a également tweeté mercredi qu’elle était « très déçue » d’entendre parler des projets de voyage de Biden en Arabie saoudite. « Un résident américain a été assassiné pour avoir défendu la démocratie et les droits de l’homme dans le pays et maintenant Biden légitime cette action », a-t-elle écrit.

Cengiz a récemment critiqué les golfeurs professionnels qui ont rejoint LIV Golf, la compétition soutenue par l’Arabie saoudite qui a attiré certains des plus grands noms du golf dans la ligue.

« S’ils continuent et jouent comme si tout était normal, alors ils devraient être interdits de jouer dans les grands tournois du monde », a-t-elle déclaré dans un courriel, selon un rapport de USA TODAY Sports.

La Maison Blanche a déclaré que Biden prévoyait de discuter « d’une série de questions bilatérales, régionales et mondiales » en Arabie saoudite, y compris la trêve saoudienne avec le Yémen et « la dissuasion des menaces de l’Iran ».

Ben Gittleson d’ABC News a contribué à ce rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 9 =