Semaine de la solidarité avec les associations sœurs de la FEMACAU et l’AEEM : Les Clubs UNESCO multiplent leurs actions

À la maison de la femme et de l’enfant de Bamako s’est tenu ce mercredi 22 juillet 2020 la semaine de la solidarité avec les associations sœurs de la Fédération Malienne des Clubs, Centres et Associations UNESCO et l’Association des Elèves et Etudiants du Mali.

La PPS ou Promotion de la Paix au Sahel, un programme de la FEMACAU en partenariat avec l’ONG ORFED et financé par l’Organisation Non Gouvernementale allemande ‘’EIRENE’’. La semaine de la solidarité s’initie au niveau des campus sur les techniques de revendications pacifiques de leurs droits, leurs intérêts face aux injustices sociales. Dans la même directive, plusieurs jeunes leaders « unescosiens » et « aeemistes » se sont réunis autour d’une même table pour discuter des perspectives et des enjeux sur la paix et la réconciliation nationale qui s’inscrit dans le processus des droits sociaux.

La Fédération Malienne des Clubs et Associations UNESCO (FEMACAU), une organisation fédérative à caractère éducatif, scientifique et culturel reconnue officiellement le 25 Avril 1990, affiliée à la Confédération Africaine des Clubs UNESCO (CACU) et la Fédération Mondiale des Clubs et Associations UNESCO (FMACU). Ayant pour buts ceux de l’UNESCO tel qu’énonce son acte constitutif : « contribuer au maintien de la paix et de la sécurité en resserrant par l’éducation, la science et la culture, la collaboration entre les nations afin d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la charte des nations unies reconnaît à tous les peuples ».

Par ailleurs, elle œuvre à travers différentes activités afin de contribuer à l’émergence d’un monde de paix et pour le développement durable du Mali. En ce sens qu’elle privilégie des actions de formations à la citoyenneté, la culture de la paix et la non-violence, la promotion des droits humains, de l’éducation et de l’alphabétisation. De même qu’elle favorise les échanges entre les peuples du monde et agit positivement pour la protection de l’environnement. En outre, elle œuvre pour la promotion des idéaux de l’UNESCO. En travaillant régulièrement à la promotion de la jeunesse et de l’enfance au Mali, à la promotion et la protection du patrimoine.

Elle entretient des rapports de collaboration avec le Bureau de l’UNESCO basé à Bamako et la Commission Nationale Malienne pour l’UNESCO et l’ISESCO du Mali. Aujourd’hui, elle compte plus de cent cinquante clubs et associations répartis sur l’ensemble du territoire à travers des clubs scolaires et universitaires, des clubs civils, des associations et des conseils régionaux. Le programme de la Promotion de la Paix au Sahel (PPS) est un programme de l’ONG internationale « EIRENE » qui couvre trois pays sahéliens en l’occurrence le Niger, le Mali et le Burkina Faso.  Il est financé par le Ministère de la coopération allemande ‘’BMZ’’ à travers le programme Service Civil pour la Paix ‘’SCP’’. Objectif : promotion d’une paix positive et gestion non violente des conflits.

PPS Mali, une composante du programme PPS Sahel est mis en œuvre par deux ONGs maliennes. ‘’ORFED’’ qui met en œuvre les thématiques « l’éducation à la paix, la bonne gouvernance et la démocratie (EDP) et la promotion des médias pour la paix (COM) » ; ‘’FDS’’ mettant aussi en œuvre le programme PPS à travers la thématique « gestion pacifique et transparente des ressources extractives (REX) ». 

Dans la mise en œuvre des deux thématiques : EDP et COM l’ONG ORFED travaille à Bamako, dans les régions de Gao et de Sikasso. Quant à l’ONG FDS dans la mise en œuvre de la thématique REX évolue dans les régions de Sikasso et de Koulikoro. Une collaboration avec l’ONG/ORFED dans la mise en œuvre du programme pour la promotion de la paix au sahel à travers la thématique EDP qui travaille avec l’AEEM sur les questions de la culture de la paix et de la prévention/gestion non violente des conflits.

Une activité entrant dans le cadre de la mise en œuvre de la thématique EDP et plus précisément dans l’atteinte de l’indicateur de processus : dans les établissementséducatifs ciblés par le programme se développe un climat positif d’enseignement et d’apprentissage qui se caractérise par un respect mutuel, des approches pédagogiques coopératives, une meilleure collaboration avec l’administration scolaire et enfin par une réduction de la violence en milieu scolaire.

L’activité se tient dans un contexte où les espaces universitaires sont devenus le théâtre de violences sans précédent qui ont abouti à des meurtres ces dernières années. De nos jours les armes à feu et armes blanches sont monnaies courantes et même le plus « vaurien » s’en a procure comme une cacahuète de sorte que nous assistons à des violences pour des choses les plus simples. Il y a quelques années de cela que des agressions violentes se sont déroulées dans les campus universitaires de Bamako résultant des pertes de vie et des blessures graves. Pourtant, dans les règlements intérieurs aussi bien que dans les textes de l’Association des Elèves et Etudiants du Mali (AEEM), la violence est prohibée dans les établissements éducatifs et scolaires.

Les textes de l’AEEM préconisent les revendications sur la base du dialogue avant de procéder à des assemblées générales considérées comme le dernier recours.La méconnaissance de ces différents documents, la politisation, les sources de financements multiples de l’AEEM, la gestion des chambres d’internats et des différents parkings… entraînent les étudiants à des manifestations qui aboutissent en général à des violences.Ce qui n’a pas retenu le silence des clubs UNESCO. Le choix du lieu, la maison de la femme et l’enfant de la rive droite pour ladite initiative est motivé par la qualité de la salle dans le contexte actuel du COVID-19 afin de pouvoir respecter les règles de la distanciation sociale. L’objectif de la semaine est d’organiser un cadre de réflexion, d’échanges entre l’administration, les associations dans les campus universitaires et les parents d’étudiants sur les violences au niveau universitaire.

En particulier, c’est de contribuer aussi à une meilleure identification des cas de violence au niveau universitaire, formuler des pistes d’action pour la réduction de la violence pour des campus universitaires apaisés, susciter une implication des parents et des associations qui évoluent sur les campus universitaires dans la prévention et la gestion non-violente des conflits, former les participants sur quelques méthodes de revendication pacifiques.

 La cérémonie d’ouverture du mercredi 22 juillet connut une couleur contrastante avec l’intervention de monsieur Safounè TOGO, ancien SG BC / AEEM, le directeur de l’AGM ; l’aîné des clubs UNESCO monsieur Oumar MAIGA, un expert qui a contribué à une exposition thématique définie et le docteur Aly TOUNKARA, professeur à l’université et expert au collège sahélien de sécurité. La première journée de la semaine était animée sous forme de causerie-débat entre les participants étudiants et les modérateurs en les matières. Tôt le matin, l’organisation se mit à la première classe. Une formation planifiée d’une pause-café et d’une pause-déjeuner. L’atelier se clôture dans une ambiance « unescosienne » : des slogans naturalisés en crédo sous forme d’un hymne à la paix et à l’action. « UNESCO pour tous, tous pour l’UNESCO » ; « Les guerres prenant naissance dans l’esprit des Hommes, c’est dans l’esprit des Hommes que doivent être élevées les défenses de la paix » ; « Club UNESCO, un leader, un combat » ; « Pour que l’idéal soit visible, multiplions l’action ». Et l’aventure continue jusqu’au 24 juillet 2020. Que les justices soient faites et que règne la paix !

 Alidou TOUGMA

(VDC) Vision + Plus TV ©

                                                                                                                                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
7 + 6 =