Que va faire Berlin après le retrait malien du G5 Sahel ?

Le retrait du Mali du G5 Sahel survient moins d’une semaine après la décision du gouvernement allemand d’augmenter le nombre de soldats au sein de la Minusma. Berlin ne s’est pas encore exprimée après le retrait malien du G5 Sahel.

Mais alors que le Mali quitte tous les organes et instances du G5 Sahel et dénonce les manœuvres d’un Etat extrarégional sans le citer, le professeur Helmut Asche estime que le Mali suit sa logique de séparation avec la France.

“Le retrait du Mali, au moins de la branche militaire du G5 Sahel, est un peu le complément de ce divorce avec la France parce que le G5 Sahel, c’est un secret de polichinelle, était largement dirigé par la France”, explique sur la DW le professeur Asche de l’institut d’ethnologie et d’études africaines de l’université de Mayence et spécialiste du Sahel.

Message politique de Bamako

Ulf Laessing, directeur du programme Sahel de la Fondation allemande Konrad Adenauer à Bamako voit plutôt un message politique de Bamako, sans conséquences pratiques au niveau militaire dans la lutte contre le terrorisme.

Il préfère s’interroger sur la coopération au développement, l’autre volet du G5 Sahel.

“Les pays donateurs européens comme la France et l’Allemagne financent des projets proposés par le G5 Sahel, souvent de manière transfrontalière”, dit-il sur la DW.

Source : AfrikMag

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 × 27 =