Procédure de destitution de Trump: Pompeo rejette le calendrier démocrate


Le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, rejette le calendrierimposé par les élus démocrates.
REUTERS/Yuri Gripas

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a annoncé, mardi 2 octobre, que les employés de son ministère convoqués pour témoigner dans la procédure de destitution lancée contre le président américain ne se présenteraient pas cette semaine devant la commission de la Chambre chargée de l’enquête.

De notre correspondante à WashingtonAnne Corpet

Ce n’est pas un complet refus d’obtempérer, mais un affront direct : le secrétaire d’État rejette le calendrier imposé par les élus démocrates, dans la procédure de destitution lancée contre le président américain Donald Trump. Dans la lettre qu’il adresse à la Chambre, Mike Pompeo qualifie les assignations envoyées aux diplomates de « tentative d’intimider, de harceler et de maltraiter les éminents professionnels du département d’État ».

► À lire aussi: Les étapes d’une procédure de destitution d’un président aux États-Unis

Il écrit : « en raison d’importantes préoccupations d’ordre juridique et procédural, il n’est pas faisable que les auditions des diplomates au Congrès commencent dès mercredi ». La commission chargée de l’enquête a envoyé des assignations à cinq employés du département d’État susceptibles de fournir des informations sur les relations entre l’administration Trump et l’Ukraine.

Cesser d’intimider les témoins

La première audition, prévue ce mercredi 2 octobre, concernait l’ancienne ambassadrice américaine à Kiev. Les chefs de trois commissions de la Chambre ont immédiatement riposté au courrier de Mike Pompeo.

Le secrétaire d’État « devrait immédiatement cesser d’intimider les témoins pour se protéger et protéger le président », écrivent-ils dans un communiqué.

« Le chef de la diplomatie américaine est un témoin direct dans l’enquête » précisent-ils. Avant d’ajouter, « tout effort destiné à empêcher des auditions devant le congrès est illégal et constitue une preuve d’entrave à l’enquête de destitution ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 ⁄ 4 =