Nouvelle attaque terroriste au Niger : au moins onze civils tués dans l’Ouest et le Sud

image d’illustration

Au moins 11 civils ont été tués entre jeudi et vendredi dans les régions de Diffa (sud-est) et Tillabéri (ouest), théâtres régulièrement d’attaques jihadistes, ont annoncé samedi des autorités locales à l’AFP.

“Six personnes ont été tuées hier (vendredi pendant la) nuit à Gogone, une localité située dans le département de Bosso (région de Diffa, proche du Nigeria et riverain du lac Tchad) par des éléments de Boko Haram”, a précisé un élu local. Parmi les six victimes figurent quatre membres d’une même famille.

La mairie de Bosso a confirmé l’attaque de Gogone, mais a fait état de “cinq personnes tuées”.

Dans la région de Tillabéri (ouest) proche du Mali, “quatre hommes armés à bord de deux motos” ont “ouvert le feu” jeudi sur des ouvriers dans le village de Molia en faisant quatre morts, a déclaré un responsable du gouvernorat de Tillabéri.

Vendredi, un enseignant a été abattu par des hommes armés, alors qu’il se déplaçait à bord d’une charrette – la circulation des motos est interdite de jour comme de nuit dans la région, selon la même source.

Des villageois de ce secteur ont rapporté qu’un directeur d’une école et un enseignant ont été “gravement blessés” dans la nuit de vendredi par “des hommes armés”.

Le 3 février, des hommes armés ont attaqué le chantier de construction d’un important barrage sur le fleuve Niger causant “des dégâts matériels minimes” et obligeant l’entrepreneur chinois à “momentanément arrêter les travaux”, a annoncé vendredi soir la télévision publique.

Les régions de Diffa et de Tillabéri, proches du Nigeria et du Mali, sont le théâtre d’attaques récurrentes et de plus en plus meurtrières des groupes jihadistes. 

Selon le bilan officiel, 174 soldats ont été tués dans trois attaques à Tillabéri en janvier et décembre dont celle de Chinégodar avec 89 morts (le 8 janvier) et à Inates 71 morts (le 10 décembre). Ces attaques ont été revendiquées par le groupe Etat islamique.

Fin janvier des opérations d’enrôlement d‘électeurs ont été suspendues dans plusieurs communes de Tillabéri en raison de l’insécurité. 

Le premier tour de la présidentielle au Niger, couplé aux législatives, est fixé au 27 décembre 2020. Des élections municipales et régionales doivent se tenir le 1er novembre.

Par Danews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 ⁄ 12 =