Municipales en France: qui peut gagner la bataille de Paris ?

La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, candidate à sa réélection, lors de la conférence de presse de présentation de son programme, le 6 février 2020. Martin BUREAU / AFP

Texte par :Valérie Gas

A Paris, l’élection municipale va se jouer entre une maire sortante qui veut y croire, une enfant terrible de la droite qui crée la surprise, un macroniste… ou plutôt, non, deux macronistes qui partent en ordre dispersé et un écologiste qui espère tirer son épingle du jeu. Anne Hidalgo, Rachida Dati, Benjamin Griveaux, Cédric Villani, David Belliard sont en lice et l’élection est encore ouverte. Le dernier mois s’annonce plein de suspense.PUBLICITÉ

La campagne ne fait que commencer. Et c’est Anne Hidalgo, la maire sortante, qui a été la dernière à se déclarer officiellement candidate à la tête de la liste « Paris en commun ». Mais elle est prête au combat et a déclaré après avoir présenté son programme il y a une semaine : « Je suis engagée et concentrée. »

Anne Hidalgo ne veut pas apparaître trop sûre d’elle, même si les sondages la placent en tête. Avec 24 % d’intentions de vote, elle est en effet largement en-dessous de son score au même moment en 2014 (environ 34%). Et derrière elle, il y a beaucoup de concurrents. À commencer par Rachida Dati.

►À lire aussi : Anne Hidalgo se lance dans la bataille de Paris 

Malgré les divisions dans la droite parisienne où certains maires sortants ne veulent pas la soutenir, la candidate Les Républicains a réalisé un bon début de campagne. C’est ce que constate Frédéric Dabi, le directeur général adjoint de l’Ifop : « Elle parvient à faire revenir dans le giron de la droite des électeurs entre guillemets “perdus”. Pour autant, en dépit de cette dynamique, le score de Rachida Dati, entre 19 et 20 %, est encore assez éloigné du score de 35 % qui avait permis à Nathalie Kosciusko Morizet d’émerger en tête en 2014. »PUBLICITÉ

Dans ce contexte, le débat télévisé qui doit avoir lieu avant le premier tour et auquel Rachida Dati a finalement accepté de participer pourrait être décisif. C’est en tout cas ce qu’espère son principal challenger Benjamin Griveaux qui le réclamait à cor et à cri.

Villani, le « caillou » dans la chaussure de Griveaux

Le candidat En Marche espère, en effet, rattraper son retard. Benjamin Griveaux qui a été empêtré dans sa guerre interne avec le dissident Cédric Villani veut tourner la page et fait mine de ne plus s’inquiéter de ce caillou dans sa chaussure : « C’était un caillou mais ça devient un gravillon parce qu’en fait on avance, on va pouvoir parler projet et un peu moins des personnes ». Mais pour Frédéric Dabi, cette situation a perturbé la donne : « La dissidence de Cédric Villani pénalise fortement Benjamin Griveaux qui a un risque, c’est de voir ses électeurs venus de la droite qui jouaient la carte Macron pour sortir Anne Hidalgo revenir vers les Républicains avec Rachida Dati ».

L’enjeu pour Benjamin Griveaux, c’est donc de convaincre qu’il est le meilleur pour battre Anne Hidalgo. C’est sa stratégie pour tenter de conquérir Paris. La socialiste est sa cible. Il multiplie les attaques contre elle : « Les Parisiens, ils nous disent quoi ? Les deux tiers d’entre eux souhaitent un changement à la ville de Paris. Mon seul sujet, c’est de dire que Madame Hidalgo ne doit pas échapper au bilan qui est le sien, qui est un mauvais bilan. On vit moins bien à Paris aujourd’hui qu’il y a six ans. »

Dans le camp de la maire sortante, le premier adjoint d’Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire, accepte le match et rend les coups : « Pourquoi je critique beaucoup Benjamin Griveaux, c’est qu’il est le candidat du cynisme et de l’incohérence. D’un côté, il dit qu’il est pour le vélo. Quand il est face à des gens qui sont pro-bagnoles, il est pro-bagnoles… Le “en même temps” d’En Marche à Paris vire au grand n’importe quoi ».

►À lire aussi Municipales à Paris: Griveaux et Villani s’entraînent vers le fond

Benjamin Griveaux, candidat La République en Marche (LREM), à la mairie de Paris, fait face à la candidature dissidente de Cédric Villani.
Benjamin Griveaux, candidat La République en Marche (LREM), à la mairie de Paris, fait face à la candidature dissidente de Cédric Villani. JOEL SAGET / AFP

Quelles alliances au second tour ?

Dans cette élection, il y a un autre match autour de l’écologie. À Paris aussi la vague verte se ressent et David Belliard, le candidat écologiste, espère en profiter. Yannick Jadot qui est venu le soutenir lors de son meeting dans le XIXème arrondissement, le 6 février, défend son projet de former une Coalition Climat : « Nous voulons une coalition qui soit fortement majoritaire à Paris et qui soit une coalition sur le projet…. Si vous me posez la question de Villani, il a quand même résisté à un président de la République, il vient sur l’écologie donc je pense que s’il continue à évoluer dans ce sens-là, on a raison de travailler avec lui. »

Belliard allié à Villani, à Hidalgo ? À voir. Quels accords auront lieu pour le second tour mais aussi le troisième car à Paris, le maire est désigné par les conseillers élus dans chaque arrondissement lors d’un troisième scrutin.

Frédéric Dabi explique les enjeux de ce système : « C’est vrai que l’incertitude est là… Si on a une sorte de Yalta à Paris entre une gauche qui conserverait une partie de ses arrondissements avec un rééquilibrage en faveur d’Europe Écologie Les Verts par rapport à Paris en commun, entre une droite perdant des arrondissements par rapport à 2014, En Marche avec insuffisamment de gains pour gagner tout seul… il peut y avoir au troisième tour des coalitions qui seraient par exemple : tout sauf Hidalgo, tout sauf la droite ».

Et pour pouvoir mener une coalition, il faut remporter la bataille dans les arrondissements stratégiques qui fournissent les plus gros bataillons d’élus au conseil de Paris, 11e, 14e, 15e par exemple. Les conquérir, c’est indispensable pour s’asseoir dans le fauteuil de maire.

Les autres candidats

-Danielle Simonnet et Vikash Dhorasoo, « Décidons Paris », LFI

– Serge Federbusch, « Aimer Paris », RN-PCD-SIEL

– Gaspard Gantzer, « Parisiennes, Parisiens », sans étiquette

– Marcel Campion, « Libérons Paris », sans étiquette

– Christophe Berkani, « Pari(s) citoyen », sans étiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 ⁄ 2 =


A lire aussi

<