Maroc: la sécheresse et la pandémie ont mis les comptes dans le rouge

La place Jemaa el-Fna,à Marrakech, désespérément vide, le 22 juillet 2020.
La place Jemaa el-Fna,à Marrakech, désespérément vide, le 22 juillet 2020. APo/Mosa’ab Elshamy

Texte par :RFI

Sécheresse et pandémie, voilà les deux maux qui ont frappé l’économie marocaine en 2020, selon le Fonds mondial international (FMI). L’institution qui vient de terminer une mission au Maroc, estime que l’économie devrait se contracter de 6 à 7% cette année, avant de rebondir de 4,5% l’an prochain. Un rebond qui n’est cependant pas dépendant de la seule volonté des autorités souligne le FMI.

Le rebond viendra du ciel ou ne viendra pas. Si les précipitations reprennent, alors l’agriculture marocaine redémarrera, après une année marquée par de fortes sécheresses. Et si les avions européens redécollent, les touristes reviendront, relançant ainsi un secteur vital pour la bonne santé du pays. À ces deux conditions, le Maroc pourrait connaitre un rebond marqué en 2021 après une année noire.

Le FMI salue aussi l’action, voire la réaction, des autorités marocaines qui ont adopté un plan de riposte rapide dès le début de la pandémie, et engagé des dépenses sociales importantes. Le Fonds souligne aussi que le royaume a pu préserver ses réserves de change et donc le cours de sa monnaie, grâce à une baisse des importations et bonne résilience des transferts d’argent de la diaspora.

Le FMI souligne enfin que le plan d’investissements, récemment annoncé par le gouvernement va dans le bon sens. De même que la réforme des entreprises publiques. Pour le Fonds mondial international, le gouvernement devrait aussi accélérer l’élargissement de la couverture médicale à tous les Marocains et mieux harmoniser les multiples programmes d’assistance sociale.

Source : RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 15 =