Mali: un foyer de Covid-19 à la présidence, le président et le vice-président pas atteints

Le président malien de transition, Bah N'Daw (à dr.).
Le président malien de transition, Bah N’Daw (à dr.). REUTERS/Amadou Keita

Texte par :David Baché

Au Mali, la recrudescence des cas de coronavirus inquiète. Jeudi 26 novembre, un conseil supérieur de défense consacré au Covid-19 était prévu sur le sujet. Il a dû être annulé à la dernière minute après la découverte, justement, d’un foyer de Covid-19 au sein de la présidence de la République.

Membre du comité scientifique pour la réponse nationale au coronavirus et directeur du centre d’infectiologie Charles Mérieux de Bamako, le professeur Bourema Kouriba devait participer au Conseil de défense consacré au coronavirus. Le conseil a été reporté sine die, mais le professeur Kouriba se veut rassurant sur l’état de santé du président Bah N’Daw et du vice-résident Assimi Goïta.

 « Ils ne sont pas concernés. Mais comme autour il y a des gens très proches qui ont été atteints, par mesure de précaution, ils ont fait des prélèvements massifs au niveau de toute la présidence. Et ces prélèvements sont en train d’être traités. Il n’y a aucun doute là-dessus, ils ne sont pas atteints », assure-t-il.

Le stade du 26-Mars a été rempli

Depuis le début de la pandémie, le Mali, comme la plupart des pays africains, a été relativement épargné, avec 4 462 cas et 148 décès, selon les derniers chiffres officiels. Largement sous-estimés, puisqu’il ne s’agit que des cas détectés. Aujourd’hui, 1 250 personnes connues sont tout de même atteintes, et la propagation s’accélère : d’une poignée de nouveaux cas quotidiens, on est passé à une quarantaine et même plus de 90 en cette fin novembre.

 « Il y a eu un relâchement dans la population, il y a eu une baisse de la vigilance, ce qui a amené l’organisation d’événements où il y a des regroupements massifs. On a organisé le Maouloud, la fête pour la naissance du prophète. Le stade du 26-Mars, à Bamako, a été rempli. Dans les mariages, personne ne porte de masque. Ceux qui portaient le masque étaient considérés comme des gens particuliers », poursuit le professeur Kouriba.

 Les autorités sanitaires recommandent donc, a fortiori pour les personnes âgées ou souffrant d’insuffisances respiratoires, de porter le masque autant que possible, de se laver les mains régulièrement, et de respecter les mesures de distanciation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 + 10 =