Mali : Le Comité National pour le Salut du Peuple se rend chez Imam Dicko

Le Août 19, 2020

Au Mali - Le Comité National pour le Salut du Peuple se rend chez Imam Dicko

Le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) malien s’est rendu ce mercredi chez l’imam Dicko. Les “finisseurs” chez l’imam Dicko, informe une source concordante.



L’imam Mahmoud Dicko est resté muet depuis hier, mardi, après le putsch orchestré par des officiers supérieurs de l’armée malienne. Un silence remarquable et qui fait débat. En effet la question se pose de savoir si le religieux approuve ou non cette prise de pouvoir ? Au lendemain du coup d’état militaire, les putschistes sont annoncés chez la figure de proue de la contestation contre le régime d’Ibrahim Boubacar Keïta. Ce dernier a annoncé sa démission et la dissolution de l’Assemblée Nationale et de son gouvernement, mardi soir, à la télévision nationale, Ortm. Selon des maliens, l’imam Mahmoud Dicko avait vu la chute d’Ibrahim Boubacar Keita venir. En effet, le mardi 11 août dernier lors d’un rassemblement du (M5-RFP), il avait demandé à IBK d’écouter le peuple au risque d’être finalement contraint à partir. Une semaine plus tard, les militaires ont pris le pouvoir et contraint le Président Kéita à quitter ses fonctions.


L’imam Mahmoud Dicko, l’autorité morale du mouvement du 5 juin-rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), mouvement contestataire au Mali, a accordé une interview à la Radio France Internationale (RFI) hier, mardi 18 août 2020. L’occasion pour lui d’expliquer les raisons de son combat en tête du M5-RFP. Se prononçant sur la démission du Président Ibrahim Boubacar Kéita, l’Imam se veut claire : « Je n’ai jamais parlé de son départ ou de son maintien mais d’autres personnes, d’autres voix se sont levées pour demander son départ », a-t-il précisé. Pour Dicko, que IBK reste ou qu’il s’en va, « le problème du Mali est un problème de gouvernance qui doit avoir une réponse meilleure que ce que nous sommes en train de vivre aujourd’hui ».



L’imam Dicko reconnait avoir demandé le départ du premier ministre Boubou Cissé. Il maintient encore cette position. Selon lui, l’actuel premier ministre « n’a aucune légitimité qui lui permet de gérer cette crise de la bonne manière et de trouver des réponses adéquates ». Au Mali, l’imam Mahmoud Dicko entend jouer un rôle politique dans son pays.

Les militaires maliens chez Imam Dicko
CNSP chez Imam Dicko
Les militaires chez Imam Dicko

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 + 7 =