Mali: la sécurité d’État libère deux personnes, des hommes armés chez Boubou Cissé

L’ancien chef du gouvernement Boubou Cissé porte plainte contre X. Plusieurs hommes, armés et en civil, ont fait irruption chez lui ce jeudi, en son absence. Ils ont agressé ses employés et fouillé sa maison. Ses avocats estiment que cet incident et la série d’arrestations sont liés.
L’ancien chef du gouvernement Boubou Cissé porte plainte contre X. Plusieurs hommes, armés et en civil, ont fait irruption chez lui ce jeudi, en son absence. Ils ont agressé ses employés et fouillé sa maison. Ses avocats estiment que cet incident et la série d’arrestations sont liés. MICHELE CATTANI / AFP

Texte par :David Baché

Au Mali, sept personnes ont été arrêtées depuis le début de la semaine par les services de renseignements maliens. Des personnalités issues du monde des médias, mais surtout d’institutions maliennes, et même de la présidence. Certaines sont toujours détenues, d’autres ont été libérées. Aujourd’hui, des hommes armés ont fait irruption au domicile de l’ancien Premier ministre Boubou Cissé. 

Deux des sept personnes arrêtées par la sécurité d’État ont été libérées : Sékou Traoré, le chef de cabinet de la présidence, ainsi que Souhahebou Coulibaly, le directeur de l’agence d’État Agefau.

Deux autres, en revanche, sont toujours détenues : Mohamed Youssouf Bathily alias Ras Bath, chroniqueur radio sur Renouveau FM et militant contestataire du Collectif pour la défense de la République. Ainsi qu’Aguibou Tall, directeur adjoint de l’Agefau, et frère, ou plutôt, demi-frère, de l’ex-Premier ministre Boubou Cissé. Certains de ses proches estiment que c’est en raison de ce lien familial qu’Aguibou Tall est inquiété par les autorités.

Oumar Sidibé, porte-parole de la cellule de crise mise en place après l’arrestation de Ras Bath

En ce qui concerne les trois autres personnes interpellées par les services maliens depuis lundi, leur sort est plus flou. Les deux hauts cadres du Trésor public, messieurs Koné et Keita, et le directeur du PMU, Vital Robert Diop, auraient selon certaines sources été transférés à la gendarmerie malienne, pour une enquête préliminaire. Ce qu’aucune des sources officielles contactées par RFI n’a souhaité ou pu confirmer. 

Ces arrestations, qui ont eu lieu en dehors de tout cadre légal, suscitent énormément de questionnements et d’inquiétudes. La Commission nationale des droits de l’homme interpelle d’ailleurs les autorités et les rappelle à leurs obligations légales.

Aguibou Bouaré, président de la Commission nationale des droits de l’homme

Des hommes armés chez Boubou Cissé

Enfin, l’ancien chef du gouvernement Boubou Cissé porte plainte contre X. Plusieurs hommes, armés et en civil, ont fait irruption chez lui ce jeudi, en son absence. Ils ont agressé ses employés et fouillé sa maison. Ses avocats estiment que cet incident et la série d’arrestations sont liés.

Maître Ceccaldi, avocat de l’ancien Premier ministre Boubou Cissé

Depuis le début de la semaine, des rumeurs, alimentées par des publications postées sur les réseaux sociaux notamment, accusent Boubou Cissé d’être derrière un complot contre les autorités de transition, qui serait à l’origine de la série d’arrestations. Ce que l’ancien Premier ministre dément catégoriquement.

Source : RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
19 + 4 =