Mali: la Cédéao demande le rétablissement d’IBK dans ses fonctions

Les dirigeants de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont annoncé ce jeudi l’envoi immédiat d’une délégation de haut niveau à Bamako pour le retour de l’ordre constitutionnel, ainsi que toute une série de mesures.

La Cédéao demande la libération immédiate d’Ibrahim Boubacar Keïta et des officiels, et surtout le rétablissement du chef de l’État dans ses fonctions. En parallèle l’organisation dénie toute forme de légitimité au CNSP, et demande des sanctions à l’encontre des pustchistes et de leurs collaborateurs.

« Le temps des coups d’État est révolu » rappelle la Cédéao et c’est le message qu’elle entend faire passer à la junte. Le Mali est également suspendu de tous les organes de décision de la Cédéao avec effet immédiat.

Frontières fermées avec le Mali

Les frontières terrestres et aériennes sont fermées avec les pays de la Cédéao. Tous les flux et transactions économiques sont aussi stoppés, à l’exception des médicaments, du carburant et de l’electricité.

Je pense que ces sanctions [celles prises par la CEDEAO ndlr] sont sévères. Et je comprends parfaitement que la CEDEAO prenne des décisions sur la base de ses conventions et de ses protocoles. Mais il faut aussi tenir compte de la réalité du terrain.

Entretien avec Moussa Mara, ancien Premier ministre malien

Kpénahi Traoré

L’objectif affiché de la Cédéao est le retour « dans les plus brefs délais, au calme et à une situation institutionnelle normale ». L’institution sous-régionale craint qu’un affaissement de l’État et des institutions n’entraine de nouveaux revers face aux terroristes.

L’ancien président nigérian Goodluck Jonathan est disponible pour continuer sa mission « de rapprochement de toutes les positions » assure l’organisation
qui annonce aussi la « montée en puissance de la force en attente de la Cédéao ».

À noter que cette visio-conférence de la Cédéao s’est poursuivie après l’annonce de ces décisions, mais sous format élargi à l’Union africaine avec la participation de son président sud-africain, Cyril Ramaphosa.

Source : RFI

1 thought on “Mali: la Cédéao demande le rétablissement d’IBK dans ses fonctions

  1. Ces Chefs d’Etats agissent exactement comme des responsables syndicaux le font partout dans le monde. La différence est que leurs militants sont les Chefs d’Etat toujours opposés à la volonté de leurs peuples. C’est vraiment domage pour l’Afrique de l’Ouest d’avoir un Syndicat des Chefs d’Etat qui se moque éperduement du bonheur de leurs peuples.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 × 24 =