Mali : Bah N’Daw, «J’ai signé un décret et je m’en tiens à l’esprit de ce décret»

«J’estime que ce sont des questions d’ordre intérieur. Je suis le président d’une transition. J’essaie de me mettre au-dessus de la mêlée. Je ne suis pas un homme politique. J’ai été commis pour une mission de 18 mois. Le chrono est déjà en marche. J’ai signé un décret et je m’en tiens à l’esprit de ce décret». Le président de la Transition répondait ainsi à une question relative au rejet par certains partis politiques de la clé de répartition et des modalités de désignation des membres du Conseil national de Transition (CNT).

Bah N’Daw intervenait lors d’un point de presse qu’il a co-animé hier avec le président de la République de Guinée-Bissau, le général Umaro Sissoco Embalo. C’était à l’aéroport international Osvaldo Vieira de Bissau, juste après le cérémonial d’accueil qui a été solennel, cordial et fraternel.

À 11 heures 50 mn, l’avion transportant le président de la Transition Bah N’Daw s’est posé sur le tarmac de l’aéroport de Bissau. Fanfare, garde d’honneur, drapeaux des deux pays au vent, batteurs de tam-tam et troupe de danse traditionnelle… le dispositif était complet lorsque le président Embalo accueillait son homologue malien au bas de la passerelle.

Devant l’hôtel du président N’Daw, en face de l’Assemblée nationale populaire de Guinée-Bissau, s’était massée une foule nombreuse arborant les couleurs nationales : Vert, Or et Rouge, pour souhaiter la bienvenue au président et à sa délégation.

Cette forte mobilisation autour de la visite officielle de travail et d’amitié de 48 heures du chef de l’État malien est à la hauteur de l’intérêt et de l’attachement du président bissau-guinéen au Mali.

«Personnellement, j’ai un lien qui est très profond avec le Mali. Je reçois aujourd’hui un très grand hôte. La Guinée-Bissau a un lien historique avec la République du Mali», avait déclaré Umaro Sissoco Embalo, en introduisant le point de presse. «J’étais là quand il a été installé dans ses fonctions de chef de l’État. Nous nous sommes, tous, mobilisés pour accueillir le peuple frère du Mali», a-t-il ajouté, faisant allusion au soutien inconditionnel qu’il a apporté au Mali pour une sortie rapide de la crise et un allègement des sanctions de la Cedeao.

En guise de reconnaissance à l’endroit de son homologue bissau-guinéen, le président Bah N’Daw déposera tôt, ce lundi matin, une gerbe de fleurs au Mausolée d’Amilcar Cabral d’Amura. Quelques heures plus tard, il participera à la célébration de la Journée des forces armées de Guinée-Bissau.

Après un entretien en tête-à-tête avec Umaro Sissoco Embalo, le président Bah N’Daw rencontrera, dans l’après-midi, la communauté malienne vivant en Guinée-Bissau.

Source : L’Essor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 6 =