Lutte contre la corruption : 54 dossiers et dénonciations remis aux juridictions

Par Mali Tribune –

Lutte contre la corruption : 54 dossiers et dénonciations remis aux juridictions

Les tribunaux ont de nouveau de la matière. Dans le cadre des vérifications effectuées en 2019, le Bureau du Vérificateur général a remis aux juridictions compétentes 54 dossiers et dénonciations pour enquêtes. Le manque à gagner relevé par le Végal est de 300, 613 milliards de F CFA.

La révélation a été faite dans le rapport 2019 officiellement remis au président de la Transition, le Colonel-Major Bah N’Daw, le vendredi dernier. Les pertes financières engendrées par l’Etat sur les 31 missions de vérifications de ministères et certains grands services sont chiffrées à 300, 613 milliards de F CFA.

La palme du manquement à l’orthodoxie financière est détenue largement par des sociétés minières du pays. Les sociétés des mines de Syama a fait une perte de 227, 87 milliards de F CFA, suivies des sociétés des mines d’or de Loulou, Goukoto avec 60, 53 milliards de F CFA. L’AMRTP et l’ORTM sont tous les deux dans les 4 milliards de F CFA de pertes. L’ambassade du Mali au Burkina Faso se tape 1, 84 milliard de F CFA. La mairie de la Commune II est incriminée pour 153, 64 millions de F CFA et le ministère des Affaires religieuses et du Culte pour 639, 86 millions de F CFA.

C’est au total 27 dossiers et autant de dénonciations qui ont été transmis par le Végal, Samba Alhamdou Baby, au président de la Section des comptes de la Cour suprême et aux procureurs de la République chargés des Pôles économiques et financiers près les tribunaux de la Commune III (Bamako), de Kayes et Mopti.

Au titre des dénonciations, le seul procureur de la République près le tribunal de la Commune III, Mamoudou Kassogué hérite de 25 cas de dénonciations. Ceux de Kayes et Mopti ont eu chacun 1 dénonciation.

Cette saisine des juridictions compétentes par le Végal se déroule dans le cadre de l’article 17 la loi n°2012-009 du 8 février 2012 instituant le Vérificateur général.

Le président de la Transition en recevant le rapport a promis que tout cela ne restera pas impuni. Selon lui, “dès ce lundi, 1er novembre 2020, les départements ministériels concernés seront mobilisés pour que les responsables des entités incriminées sachent que la performance n’est pas facultative mais obligatoire… Chaque fois que la preuve est établie, je corrigerai l’erreur et la sanction tombera. Personne n’y échappera”. Il a en outre fait un clin d’œil aux sociétés minières en affirmant que “l’or du Mali brillera pour les Maliens”.

Abdrahamane Dicko

Source: Mali Tribune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 × 20 =


A lire aussi