Liban: Macron annonce des aides supplémentaires et appelle à un «gouvernement de mission»

Le président français Emmanuel Macron arrive à une cérémonie pour planter un cèdre avec des membres de l'ONG Jouzour Loubnan à Jaj, près de Beyrouth, le 1er septembre 2020.
Le président français Emmanuel Macron arrive à une cérémonie pour planter un cèdre avec des membres de l’ONG Jouzour Loubnan à Jaj, près de Beyrouth, le 1er septembre 2020. REUTERS/Gonzalo Fuentes/Pool

Texte par :RFI

Emmanuel Macron s’est rendu ce mardi matin sur le port de Beyrouth dans lequel est ancré le porte-hélicoptères Tonnerre qui a acheminé de l’aide humanitaire française au Liban. Le chef de l’État a voulu se rendre compte par lui-même de la situation et des besoins.

Avec notre envoyée spéciale à Beyrouth,  Valérie Gas

Emmanuel Macron est arrivé dans un hélicoptère Caracal sur le pont Tonnerre. C’est là qu’était organisée une rencontre avec les partenaires dans l’action humanitaire, comme l’ONU et les ONG libanaises qui essaient d’organiser les choses sur le terrain depuis l’explosion du 4 août.

Un point d’étapes utile pour le chef de l’État qui, après ces échanges, a fait un diagnostic: « Le défi que vous avez évoqué, c’est un défi organisationnel dans un climat, et tout se retrouve toujours dans la crise politique, vos propos l’ont dit, où la défiance est un poison. »

Le président français s’est fait le relai des inquiétudes des Libanais qui mettent en cause la corruption et qui craignent les détournements de l’aide humanitaire.

Pragmatique, Emmanuel Macron a annoncé 7 millions d’euros supplémentaires pour aider les écoles et a proposé de réunir en octobre à Paris une nouvelle conférence internationale pour lever des fonds en faveur de la reconstruction.

À lire: Le Liban en quête de vérité et de justice après l’explosion de Beyrouth

L’attente d’un programme de réformes 

Après cette séquence, Emmanuel Macron doit commencer les entretiens politiques avec le président Michel Aoun et les représentants des partis qui ont désigné un nouveau Premier ministre, Moustapha Adib. Une situation qu’Emmanuel Macron regarde avec prudence tout en voulant maintenir la pression sur la classe politique. 

« Moi, je ne crois que les actes. Je pense qu’il y a le choix d’un Premier ministre dans un temps record par rapport à la vie politique libanaise contemporaine. Je pense que maintenant, il faut qu’il y ait un gouvernement de mission le plus vite possible et qu’il y ait derrière un programme de réformes qui commence le premier jour. Là, on verra et on pourra commencer à être optimiste », a précisé le président français. 

Le pont du porte-hélicoptères Tonnerrre ancré dans le port de #Beyrouth pic.twitter.com/WhBh5iwSGy  Valérie Gas (@VGGAS) September 1, 2020

Previous
Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
42 ⁄ 21 =