La Syrie exige le retrait des troupes US et turques, et menace


Le chef de la diplomatie syrienne Walid al-Moualem lors de la 74e Assemblée générale des Nations unies à New York, le 28 septembre.
REUTERS/Brendan McDermid

Par RFIPublié le 28-09-2019 Modifié le 28-09-2019 à 20:04

Sans grande surprise, le ministre des Affaires étrangères syrien a prévenu l’Assemblée générale des Nations unies ce samedi que son pays n’accepterait plus de présence militaire étrangère dans son pays.

Avec notre correspondante à New York,  Carrie Nooten

Walid al-Moualem a expliqué que pour Damas, la présence militaire américaine et turque dans le nord du pays était illégale, et qu’il fallait que les forces occupantes quittent la Syrie immédiatement. Sans cela, a-t-il prévenu devant l’hémicycle clairsemé de l’Assemblée générale, Damas qui a repris le contrôle de quasi tout le pays se réservait le droit de riposter.

Rien de nouveau dans le discours du régime de Bachar el-Assad – une ligne répétée sans cesse à l’ONU par l’intermédiaire de son représentant permanent syrien, soutenu par la Russie, durant ces huit années de guerre civile.

Un contraste tout de même avec le discours tenu quelques minutes plus tôt, à la même tribune, par le représentant du Vatican. Le cardinal Pietro Parolin a imploré la communauté internationale de « mettre fin à la souffrance de tant de gens » en Syrie.

La semaine dernière, Allemagne, Koweït et Belgique avaient demandé au Conseil de sécurité de voter un cessez-le-feu immédiat dans la province disputée d’Idleb. La Russie, soutenue par la Chine, y a opposé son veto – son 13e blocage à une résolution sur la Syrie depuis le début du conflit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 × 9 =