La Chine a déployé 71 avions de combat ce week-end, selon Taïwan

Par AFP  

La Chine a déployé 71 avions de combat, lors de manoeuvres militaires ce week-end autour de Taïwan, a indiqué lundi le ministère de la Défense de Taipei, dont 60 avions de chasse, dans l’une de ses plus grandes incursions quotidiennes à ce jour.

Pékin a déclaré avoir mené dimanche des exercices militaires près de Taïwan, qu’elle revendique, en réponse aux “provocations” et à la “collusion” entre les Etats-Unis et les autorités de l’île.

Dans un message publié sur Twitter, le ministère de la Défense de Taïwan a indiqué que 60 avions de chasse avaient pris part aux exercices, dont six SU-30, parmi les appareils les plus perfectionnés de la Chine.

Dans cette mise à jour quotidienne, Taïwan indique en outre que 47 de ces avions ont pénétré dans la zone de défense aérienne (ADIZ) de l’île démocratique autonome, ce qui constitue la troisième incursion quotidienne la plus importante enregistrée, selon la base de données de l’AFP.

La Chine estime que Taïwan, peuplée de 24 millions d’habitants, est l’une de ses provinces, qu’elle n’a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949.

Elle voit avec mécontentement le rapprochement à l’œuvre ces dernières années entre les autorités taïwanaises et les Etats-Unis, qui fournissent à l’île un soutien militaire face à Pékin depuis plusieurs décennies.

Sous la présidence de Xi Jinping, Pékin a intensifié la pression militaire, diplomatique et économique sur Taïwan à mesure que les relations se détérioraient.

L’un des moyens de pression de plus en plus utilisés par la Chine consiste à survoler la zone de défense aérienne de Taïwan avec ses avions de guerre. Depuis le début de l’année, plus de 1.700 incursions de ce type ont été recensées, contre 969 en 2021 et 146 en 2020.

Pékin n’a pas précisé le nombre d’appareils mobilisés pour les exercices de dimanche, ni la localisation exacte de ces manœuvres.

– “Réponse ferme” –

Les données du ministère taïwanais de la Défense indiquent que la plupart des incursions concernaient la pointe sud-ouest de la zone d’identification de défense aérienne (ADIZ).

Certaines ont également franchi la “ligne médiane” qui longe le détroit de Taïwan et sépare Taïwan du continent.

Les vols dans l’ADIZ sont considérés comme un moyen d’épuiser la flotte vieillissante d’avions de chasse taïwanais et d’étudier ses réponses défensives.

De nombreuses nations maintiennent des ADIZ, notamment les Etats-Unis, le Canada, la Corée du Sud, le Japon et la Chine.

Ces zones ne sont pas identiques à l’espace aérien d’un pays, mais englobent une zone beaucoup plus large, dans laquelle tout appareil étranger est censé s’annoncer aux autorités aériennes locales.

L’ADIZ de Taïwan chevauche une partie de celle de la Chine et inclut même une portion du continent.

L’armée chinoise, L’Armée populaire de libération (APL) a déclaré que les manoeuvres de dimanche étaient “une réponse ferme face au renforcement de la collusion entre les Etats-Unis et les autorités taïwanaises et de leurs provocations”.

La rapprochement avec Washington, commencé sous l’ex-président américain Donald Trump, a contribué à tendre les relations sino-américaines, car les Etats-Unis se sont officiellement engagés à reconnaître le gouvernement communiste de Pékin comme seul représentant légitime de la Chine.

Samedi, le ministère chinois des Affaires étrangères avait exprimé sa “ferme opposition” après l’adoption d’une loi américaine sur la défense, la “National Defense Authorization Act”, qui autorise notamment 10 milliards de dollars d’aide militaire et de ventes d’armes à Taïwan.

Les autorités chinoises privilégient une “réunification pacifique” avec l’île mais n’ont jamais renoncé à l’emploi de la force pour la conquérir, notamment si elle déclare son indépendance.

Source: AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 + 13 =