La CENI fait le point de l’état des préparatifs avec les ambassadeurs du Groupe des cinq (G5)

A neuf jours du 1er tour du scrutin présidentiel, les membres de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) ont eu une séance de travail, ce 12 février, au siège de l’institution à Lomé, avec les ambassadeurs du Groupe des Cinq (G5) à savoir France, Allemagne, Etats Unis, Union Européenne (UE) et Système des Nations Unies (SNU). Les travaux, dirigés par le président de la CENI, M. Tchambakou Ayassor, ont porté essentiellement sur l’état d’avancement des préparatifs de l’élection présidentielle du 22 février prochain.

Au sortir de l’entretien avec le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), M. Tchambakou Ayassor élargi aux autres membres de l’institution, les ambassadeurs du Groupe des Cinq (G5), avec à leur tête le coordonnateur résident du Système des Nations Unies au Togo (SNU), M. Damien Mama, a déclaré que sa délégation est allée toucher du doigt l’état d’avancement des préparatifs de l’élection présidentielle au Togo. « Après avoir rencontré les candidats et les institutions de la République, notamment la Cour constitutionnelle et la Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication (HAAC), nous avons donc eu l’occasion de partager avec les membres de la CENI, les différentes impressions de tous nos entretiens. La CENI nous a fait part de l’état des préparatifs et des dispositions qui sont prises pour assurer la transparence et la crédibilité du scrutin. Nous avons appris de l’institution que les résultats des bureaux de vote seront affichés et que tout citoyen pourra les consulter. Aussi, les rapports ou procès-verbaux des bureaux de vote seront disponibles en nombre suffisants, afin que les représentants des candidats puissent y avoir accès », a indiqué M. Mama.

Le porte-parole du G5 s’est réjoui des avancées constatées et surtout des efforts déployés par l’institution électorale pour assurer un scrutin fiable. « Nous avons constaté que la CENI est en train de faire d’énormes efforts pour s’assurer que ce scrutin ait lieu tel que souhaité par les différents acteurs, le 22 février. Nous ne pouvons souhaiter que tout se déroule dans la paix et la transparence comme le prévoient les dispositions légales de la République togolaise », a fait savoir M. Mama.

Clémentine PANASSA

Source : MSN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 × 27 =


A lire aussi