“Je ne sais pas où ton juriste a appris le droit”: l’échange entre Macron et Poutine avant l’invasion de l’Ukraine

BFMTV

Mathieu Ait Lachkarven. 1 juillet 2022 à 6:52 AM

Un documentaire, diffusé jeudi soir sur France 2, a dévoilé neuf minutes de conversation entre l’homme fort du Kremlin et le président français au sujet de l’Ukraine. Malgré la tentative d’Emmanuel Macron de dissuader Vladimir Poutine, l’invasion sera lancée seulement quatre jours plus tard.

Nous sommes le 20 février, soit quatre jours avant le début de l’invasion russe en Ukraine. Afin d’éviter l’issue que l’on connaît aujourd’hui, Emmanuel Macron échange régulièrement avec Vladimir Poutine pour cerner ses intentions.

Pour la première fois, grâce à un documentaire diffusé jeudi soir sur France 2, racontant les coulisses diplomatiques des six derniers mois à l’Elysée, on connaît la teneur de l’une de ces discussions.

“Je ne sais pas où ton juriste a appris le droit”

Ce dimanche 20 février au matin, on voit au début de la séquence la caméra s’arrêter sur le conseiller diplomatique du président, Emmanuel Bonne, entouré de trois collaboratrices. Les quatre membres de la cellule diplomatique de l’Elysée suivent à distance l’entretien du chef d’Etat Français avec son homologue russe.

Emmanuel Macron commence par mettre les pieds dans le plat:

“Je voudrais que tu me donnes d’abord ta lecture de la situation et peut-être de manière assez directe, comme on le fait tous les deux, me dire quelles sont tes intentions”.

Et à Vladimir Poutine de notamment lui répondre:

“Nous avons une lecture tout à fait différente de la situation. Lors de notre dernier entretien, je t’ai rappelé et même lu les articles 9, 11 et 12 des accords de Minsk”. Ces derniers sont censés ramener la paix dans l’est de l’Ukraine, où des séparatistes pro-russes sont à la manoeuvre depuis l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

Le maître du Kremlin accuse Volodymyr Zelensky de ne rien faire pour respecter les accords, allant jusqu’à l’accuser d’avoir voulu acquérir l’arme nucléaire. Ce à quoi Emmanuel Macron rétorque “Non n’importe quoi”.

Ainsi, au fur et à mesure de la démonstration de son interlocuteur, le président de la République s’insurge. “Je les ai sous les yeux. Il est bien écrit que le gouvernement de l’Ukraine propose, et que c’est en consultation et en accord avec les représentants de certains arrondissements des régions de Donetsk et Louhansk, dans le cadre du groupe de contact tripartites, c’est exactement ce qu’on propose de faire.

“Je ne sais pas où ton juriste a appris le droit. Moi je regarde juste les textes et j’essaie de les appliquer!”, finit-il par lancer.

“Pour ne rien te cacher, je voulais aller jouer au hockey”

Un brin tendu, l’échange entre les deux chefs d’Etat reprend une tournure un peu plus diplomatique lorsque le locataire de l’Elysée propose une réunion de toutes les parties. “Je vais dans la foulée exiger cela de Zelensky”, a-t-il d’abord dit. Puis il a promis:

“La situation sur la ligne de contact est très tendue. J’ai vraiment appelé hier Zelensky au calme. Je vais lui redire, calmer tout le monde, calmer dans les réseaux sociaux, calmer les forces armées ukrainiennes”.

Enfin, Emmanuel Macron en arrive au but de son appel, convaincre Vladimir Poutine d’accepter une rencontre avec le président américain Joe Biden à Genève pour tenter une désescalade. Le président russe se montre peu emballé, encore moins à l’idée de fixer une date. “Avant toute chose, il faut préparer cette réunion en amont”, insiste-t-il.

De son côté, Vladimir Poutine répond à cette proposition de sommet:

“Pour ne rien te cacher, je voulais aller jouer au hockey sur glace parce que là je te parle depuis la salle de sport avant d’entamer des exercices physiques. Je vais d’abord appeler mes conseillers”.

Une réponse surréaliste qui vient couronner un échange tout aussi surréaliste. Au final, le sommet n’aura pas lieu, et la guerre débutera seulement quatre jours après cet échange.

Article original publié sur BFMTV.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
1 + 25 =