Guerre en Ukraine. Zelensky s’adresse aux Russes, intégration des provinces… Le point sur la nuit

Volodymyr Zelensky s’est adressé aux Russes visés par la mobilisation partielle pour leur indiquer que Vladimir Poutine les envoyait vers une mort certaine. Moscou prévoit de se prononcer dans la semaine à venir sur l’intégration des provinces ukrainiennes. Retour sur les événements qui ont marqué la nuit du samedi 24 au dimanche 25 septembre.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, s’adressant directement aux citoyens russes 

samedi 24 septembre 2022 au soir, leur a dit que leur président envoyait sciemment « des citoyens à la mort ».

« Le pouvoir russe comprend parfaitement bien qu’il envoie ses citoyens à la mort », a déclaré en russe M. Zelensky, appelant les forces de Moscou à se rendre. « Vous serez traités de manière civilisée… personne ne connaîtra les circonstances de votre reddition », a-t-il dit quelques heures seulement après que la Russie a adopté une loi durcissant les peines pour reddition volontaire et désertion.

Nombre de Russes tentent de fuir le pays pour éviter la mobilisation partielle de ses réservistes afin de poursuivre son offensive en Ukraine, mais aussi le durcissement des lois sur la désertion voulue par Vladimir Poutine.

La route pour la Géorgie étant de plus en plus compliquée, les vols à destination d’Istanbul sont de plus en plus prisés.

La Turquie, l’une des principales destinations de vacances de nombreux Russes, est l’un des rares pays à proposer encore des vols au départ de la Russie. Et il ne leur réclame pas de visa, facilitant les voyages de dernière minute.

Les vols à destination de la Turquie se sont donc arrachés dès l’annonce télévisée de M. Poutine, entraînant une flambée du prix des billets qui a rendu l’évasion trop chère pour beaucoup.

Turkish Airlines a aussi commencé à utiliser des avions plus gros sur ses liaisons avec la Russie parce qu’elle ne pouvait pas immédiatement programmer davantage de vols.

La Douma va débattre de l’intégration de provinces ukrainiennes

La Douma, la chambre basse du parlement russe, pourrait débattre le 29 septembre d’un projet de loi visant à intégrer les régions d’Ukraine occupées par la Russie au territoire russe, a rapporté samedi l’agence de presse Tass, citant une source anonyme.

Moscou a lancé vendredi des référendums sur le rattachement à la Russie des quatre régions ukrainiennes occupées par les forces russes, provoquant la condamnation de Kiev et des pays occidentaux, qui ont qualifié les votes de simulacres et se sont engagées à ne pas en reconnaître leurs résultats.La France peut-elle se passer du gaz russe ?Débattez !

Selon l’agence Tass, la Douma pourrait débattre d’un projet de loi sur l’intégration de ces provinces ukrainiennes dès jeudi, soit deux jours après la fin des référendums organisés dans les quatre provinces.

La Chine appelle à faciliter les discussions de paix

La Chine soutient tous les efforts propices à la résolution pacifique de la « crise » en Ukraine, a déclaré samedi le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, devant l’assemblée générale des Nations unies, ajoutant que la priorité absolue était de faciliter les discussions de paix.

« La solution fondamentale consiste à répondre aux préoccupations légitimes de toutes les parties en matière de sécurité et à construire une architecture de sécurité équilibrée, efficace et durable », a déclaré Wang Yi dans son discours.

Partenaire stratégique de la Russie, la Chine a maintenu sa position en critiquant les sanctions occidentales contre Moscou mais Pékin s’est abstenu d’approuver ou d’aider la campagne militaire russe.

Le président russe Vladimir Poutine a dit la semaine dernière comprendre l’inquiétude de son homologue chinois Xi Jinping concernant la situation en Ukraine, tout en félicitant le dirigeant pour sa position « équilibrée » sur le conflit.

L’ex-prisonnier marocain veut sensibiliser à « la lutte du peuple ukrainien »

Brahim Saadoun, le jeune prisonnier de guerre marocain libéré dans le cadre d’un échange entre Moscou et l’Ukraine, a dit vouloir « attirer l’attention sur la situation difficile en Ukraine et la lutte de son peuple », à son retour au Maroc samedi soir.

« Je suis heureux de rentrer à la maison après être passé par des moments très difficiles », a déclaré l’étudiant de 21 ans dans une interview à l’AFP, au domicile de ses parents dans un quartier populaire de Casablanca.

« Je veux attirer l’attention sur la situation difficile en Ukraine et la lutte de son peuple en cette période douloureuse », a-t-il plaidé.

Cet étudiant ingénieur en aéronautique, établi en Ukraine depuis 2019, a recouvré la liberté mercredi avec neuf autres prisonniers de guerre étrangers — dont cinq Britanniques et deux Américains — dans le cadre d’un échange entre Moscou et Kiev favorisé par une médiation saoudienne.

Source : Ouest France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 + 13 =