GAFA: les très grosses entreprises ne connaissent pas la crise

Texte par : Pauline Gleize

Les géants américains d’internet et des nouvelles technologies sont encore plus gros malgré la pandémie de coronavirus. Les GAFA ont publié leurs résultats jeudi 30 juillet et ils s’en sortent plutôt bien, voire très bien. Amazon tire particulièrement son épingle du jeu.

Amazon est le grand gagnant des mesures de distanciation physique. La plateforme de vente en ligne enregistre au deuxième trimestre un bénéfice net de 5,2 milliards de dollars. C’est le double de sa performance un an auparavant et ce, malgré ses investissements dans la gestion de la crise.

D’ailleurs, alors que les annonces de suppressions de postes se multiplient dans le monde, Jeff Bezos, le patron d’Amazon, assure avoir créé plus de 175 000 emplois depuis le mois de mars. Il souligne aussi que sur la plateforme, les ventes par des tiers ont progressé plus vite que les ventes d’Amazon. Une manière de répondre aux attaques menées la veille par la commission judiciaire de la Chambre des représentants, l’accusant d’être juge et partie. 

11% d’augmentation pour Apple et Facebook

Ces attaques visaient également Apple. Comme Amazon, la marque à la pomme a continué de faire tourner la caisse enregistreuse. Le fabricant des Mac a vu son chiffre d’affaire augmenter de 11% pour parvenir à un bénéfice net de plus de 11 milliards de dollars, c’est-à-dire deux milliards de plus qu’attendu. Pour la suite, Apple a confirmé la sortie de son nouveau téléphone intelligent cet automne. Les fans de la marque devront attendre quelques semaines de plus que prévu, mais cela n’inquiète pas les analystes. « Le décor est posé pour que la demande, refoulée pendant la pandémie, explose cet automne en faveur de l’iPhone 12 », affirme Daniel Ives de Wedbush Securities.

Les revenus de Facebook ont eux aussi bondi de 11%. Pourtant, le réseau social est boycotté en ce moment par des centaines d’entreprises en raison de sa modération des contenus jugée trop laxiste. Mais, les effets de cette campagne, seront sans doute limités et ne se feront sentir qu’au troisième trimestre. En attendant, Facebook est désormais utilisé par 1,8 milliard de personnes au quotidien, soit une hausse de 12% sur un an. La hausse atteint même 14%, si l’on considère l’ensemble des marques du groupe (Facebook, Instagram, Messenger et WhatsApp). Cela témoigne de sa bonne santé car les données des utilisateurs constituent le moteur de ces réseaux sociaux.

Alphabet marque le pas

Alphabet, la maison-mère de Google et YouTube, est la seule à avoir trébuché, sans vraiment chuter. En effet, le leader mondial de la publicité en ligne est plus exposé que Facebook aux gros annonceurs, comme les voyagistes, dont les revenus s’effondrent à cause du coronavirus.

Son bénéfice net est en baisse de trois milliards de dollars par rapport à l’année dernière. Mais, il atteint tout de même sept milliards de dollars, et les « premiers signes de stabilisation », sont aperçus par Sundar Pichaï, le patron d’Alphabet.

Source : RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 + 5 =