“Formes longues” du coronavirus : que sait-on de ce mal qui ronge 5 à 10% des personnes ayant eu le Covid-19 ? Lucile Descamps

Entre 5 à 10% des personnes ayant eu le coronavirus souffrent d’une forme longue, soit parce qu’ils n’ont jamais guéri, soit parce que des symptômes sont revenus après une pause. Que sait-on de cette version longue durée du Covid-19 ?

“Pour l’instant, on ne sait pas grand chose”. Si plusieurs aspects du coronavirus commencent à s’éclaircir pour les scientifiques, les chercheurs et les médecins, après des mois de travail et d’observation, la version longue de la maladie reste encore bien obscure. “On ne comprend pas encore comment ça fonctionne”, résume Gérald Kierzek, médecin urgentiste, chroniqueur chez LCI/TF1 et auteur de Coronavirus – Comment se protéger ? 50 questions-réponses.

Depuis plusieurs mois, les témoignages de patients ayant toujours des symptômes des mois après avoir contracté le virus affluent. Bien souvent, les examens ne révèlent pourtant pas d’anomalie. L’OMS a évoqué pour la première fois la forme longue durée du Covid-19 lors d’une conférence le 22 juin dernier. “Certaines personnes ont des symptômes persistants, comme une toux sèche au long cours, de la fatigue ou le souffle court en montant des marches”, expliquait l’épidémiologiste américaine Maria Van Kerkhove.

À LIRE AUSSI >> Incompréhension et sentiment d’abandon : le calvaire des malades du Covid-19 dont les symptômes persistent

Selon le docteur Nicolas Barizien, chef du service de réadaptation fonctionnelle de l’hôpital Foch de Suresnes, 5 à 10% des personnes ayant attrapé le coronavirus souffriraient de symptômes persistants. Mais il reste encore énormément d’inconnues sur le sujet.

#apresJ20 #CountLongCovid Reconnaissance officielle du gouvernement anglais du Covid Long. https://t.co/53TxUAkV62— Inter_Mirifica (@IMirifica) September 7, 2020

Quels sont les symptômes ?

À commencer par les symptômes. Difficile d’en dresser une liste exhaustive tant ils semblent varier. “Certains ont perdu l’odorat et ne l’ont pas récupéré des mois après, d’autres ont des sensations d’étouffement, de brûlure au niveau de la gorge, des acouphènes, des douleurs dans les jambes, une grosse fatigue, il y a même des symptômes neurologiques avec désorientation et perte de mémoire”, énumère Gilles Besnainou, ORL à Paris.

Gérald Kierzek distingue deux catégories de symptômes. D’un côté, les séquelles que l’on peut “objectiver avec des examens”. Il s’agit des séquelles pulmonaires, liées à une pneumonie ou une embolie, qui se manifestent sous forme d’insuffisance respiratoire ou d’essoufflement. Ou encore des séquelles cardiaques, qui entrainent des douleurs thoraciques, des modifications électriques, voire une insuffisance cardiaque. Parfois, “la cause n’a pas été diagnostiquée sur le coup, mais les symptômes persistants et les examens permettent de les identifier dans un second temps”, précise-t-il.

Il existe aussi d’autres séquelles, plus subjectives, qui pourraient être “des phénomènes post-infectieux, inflammatoires ou peut-être même auto-immuns – c’est-à-dire que le système immunitaire se retourne contre l’organisme”, décrit l’urgentiste, “mais on n’a pas d’examen qui permette de dire s’il y a effectivement quelque chose. Il va donc y avoir beaucoup d’errance de diagnostic et pas de solution thérapeutique”.

De son côté, Nicolas Barizien, chef du service de réadaptation fonctionnelle de l’hôpital Foch, distingue d’un côté les “Covid longs”, ceux qui n’ont jamais guéri. Et de l’autre, les “post-Covid”, qui ont guéri, mais qui “au bout de six semaines environ, ont vu les symptômes revenir”, détaille le médecin.

When Children’s Covid-19 Symptoms Won’t Go Away https://t.co/6iuhdg8YNQ— Stephanie Armour (@StephArmour1) September 8, 2020

Pourquoi autant d’organes différents peuvent être touchés ?

Le Covid-19 – qu’il s’agisse de sa version courte ou longue – peut affecter différents organes, mais il n’existe aucune certitude, pour l’heure, sur l’origine de ces symptômes. “On n’a pas l’explication physiopathologique, c’est-à-dire qu’on n’a pas trouvé ce qui était abîmé et causait les dérèglements”, nous explique le spécialiste en médecine physique et de réadaptation, Nicolas Barizien. “Pour l’instant, on ne sait pas pourquoi les symptômes reviennent chez certains patients”, poursuit-il.

“Il peut y avoir un processus d’hypercoagulabilité des vaisseaux, qui pourrait expliquer que le virus touche beaucoup d’organes”, avance de son côté Gilles Besnainou.

Source : Yahoo actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 + 29 =