États-Unis: Marjorie Taylor Greene sanctionnée pour ses propos complotistes

L'élue pro-Trump, Marjorie Taylor Greene, durant une conférence de presse le 15 octobre 2020.
L’élue pro-Trump, Marjorie Taylor Greene, durant une conférence de presse le 15 octobre 2020. REUTERS – ELIJAH NOUVELAGE

Texte par :RFI

La Chambre des représentants a voté l’exclusion de l’élue pro-Trump Marjorie Taylor Greene de ses deux comités, celui de l’Éducation et celui du Travail, en raison de propos jugés conspirationnistes. 

De notre correspondant à San Francisco, Éric de Salve

Pendant les débats, Steny Hoyer, numéro deux des démocrates à la Chambre passe dans les travées avec, dans les mains, une large pancarte représentant un exemple des messages incendiaires postés sur Facebook par Marjorie Taylor Greene. La photo montre l’élue conspirationniste armée d’un fusil d’assaut AR-15, menaçant trois autres députés démocrates.

« Je n’ai encore jamais vu ça », commente celui qui représente le Maryland depuis 1982. Tout aussi inhabituelle, l’exclusion de l’élue ultra-Trumpiste de Géorgie des comités Éducation et Travail de la Chambre. 219 démocrates ont voté pour, dont Corie Bush, une progressiste élue en novembre dernier en même temps que Marjorie Taylor Greene.  « On ne peut pas construire un système d’éducation juste et anti-raciste si un membre du comité Éducation incite à la violence ! », dit-elle.

Négation du 11-Septembre

Les démocrates reprochent à Marjorie Taylor Greene d’avoir soutenu sur les réseaux sociaux des appels au meurtre contre Nancy Pelosi, d’avoir nié les attentats du 11 septembre 2001, qualifié la tuerie du lycée de Parkland en Floride de mise en scène, ou encore d’avoir fait la promotion du mouvement complotiste QAnon.

Devant la Chambre, aujourd’hui, l’élue se retracte. « Les tueries dans les écoles sont clairement une réalité. Et je veux aussi vous dire que le 11-Septembre a bien eu lieu. »

Seuls onze républicains ont voté son expulsion. 199 ont défendu Marjorie Taylor Greene, toujours soutenue par Donald Trump et extrêmement populaire au sein de sa base militante.

 À lire aussi : États-Unis: Marjorie Taylor Greene, une épine QAnon ultra-conservatrice au Congrès

Source : RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 × 4 =