Dans “Le temps des tempêtes”, Nicolas Sarkozy revient (encore) sur le ‘Casse-toi, pauv’ con”

Ce vendredi 24 juillet, l’ancien président de la République sort un livre qui revient sur ses premières années à l’Élysée.

POLITIQUE – Cela restera forcément comme l’une des images de son passage à la fonction suprême. Ce vendredi 24 juillet, l’ancien président de la République (2007-2012) Nicolas Sarkozy sort un nouveau livre, “Le temps des tempêtes”, dans lequel il revient sur son parcours politique, et en l’occurrence sur les deux premières années de son mandat à l’Élysée. 

Une période marquée par son mariage avec Carla Bruni en privé et la crise économique mondiale en publique, mais aussi par un échange resté culte, le 23 février 2008 au Salon de l’agriculture.

Alors qu’il fend la foule, celui qui a succédé à Jacques Chirac depuis moins d’un an salue tous ceux qui croisent sa toute. Jusqu’à ce qu’un homme en imper beige refuse sa poignée de main. Un “Ah non, touche-moi pas… Tu me salis” plus tard, Nicolas Sarkozy répond par un “Eh bah alors casse-toi, pauv’ con!” qui fera couler beaucoup d’encre. 

Un épisode sur lequel Nicolas Sarkozy revient donc dans son nouvel ouvrage. “C’était entièrement de ma faute”, écrit l’ancien chef de l’État. “Je n’avais qu’à ne pas tomber dans ce piège comme un débutant.” Et de glisser une référence à un autre moment de l’Histoire politique récente: “Pour le coup, et pour reprendre une expression de mon successeur: un président ne devrait pas dire ça!”

Une reprise du titre d’un livre de confessions de François Hollande commis par les journalistes Fabrice Lhomme et Gérard Davet. Un autre ouvrage politique à retentissement puisqu’avec ces confidences sur le fonctionnement du sommet de l’État publiées alors qu’il était encore en poste, le président socialiste avait précipité sa sortie du jeu politique. 

Nicolas Sarkozy s’est déjà expliqué à plusieurs reprises au sujet du “casse-toi, pauv’ con”. Dans un autre livre, paru en 2016, il reconnaissait même avoir “abaissé la fonction présidentielle” par ses mots, évoquant une “bêtise”. 

Source : HUFFPOST

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 × 10 =