Covid-19: Trump dit qu’il va «bien mieux», malgré la confusion sur sa santé

Le président américain Donald Trump se dirigeant vers l'hélicoptère Marine One qui doit l'emmener au centre médical Walter Reed, le 2 octobre 2020.
Le président américain Donald Trump se dirigeant vers l’hélicoptère Marine One qui doit l’emmener au centre médical Walter Reed, le 2 octobre 2020. Leah Millis/Reuters

Texte par :RFI

La communication est pour le moins chaotique. Sean Conley, le médecin de la Maison Blanche, a assuré ce samedi 3 octobre que le président américain « va très bien », qu’il n’a plus de fièvre et que ses symptômes « se réduisent ». Mais l’état de santé de Donald Trump, hospitalisé à cause du coronavirus, préoccupe aux États-Unis. D’après son directeur de cabinet, le président a présenté des signes vitaux « très inquiétants », et les prochains jours s’annoncent critiques. Ce samedi, le secrétaire d’État Mike Pompeo, testé négatif, a décidé d’écourter sa tournée en Asie, alors qu’il avait déclaré vendredi la poursuivre jusqu’au bout.

Avec notre correspondant à Houston, Thomas Harms

Donald Trump apparait attablé, sans cravatte. En arrière-plan, un drapeau américain. « Je suis arrivé ici, je ne me sentais pas bien, mais je me sens bien mieux maintenant. On travaille à me remettre d’aplomb. Je dois me remettre car on doit toujours “rendre sa grandeur à l’Amérique”. On ne sait pas ce qui va se passer au bout de quelques jours. C’est surement ça, le vrai test. On verra ce qu’il va se passer au cours de ces prochains jours. »

Donald Trump, sans masque, le visage un peu tiré, poursuit en disant avoir choisi d’aller à l’hopital militaire plutot que de rester enfermé dans une chambre de la Maison Blanche sans pouvoir voir personne. Mais ce passage de la vidéo est ambigu et plusieurs commentateurs y ont vu une justification de son comportement face au Covid-19 : poursuivre les meetings électoraux avec des milliers de personnes et porter rarement le masque, malgré les quelque 200 000 victimes du virus aux États-Unis.

« Je n’avais pas d’autre choix, lâche ainsi le président, parce que je ne voulais tout simplement pas rester à la Maison Blanche. Il fallait que je sorte. […] Je ne peux pas rester enfermé dans une pièce à l’étage et totalement en sécurité. En tant que dirigeant, vous devez affronter des problèmes. Aucun grand dirigeant n’aurait jamais fait cela [rester confiné, NDLR]. »

Dans un communiqué publié peu après cette vidéo, son équipe médicale reste prudente mais se dit optimiste. Donald Trump prend des vitamines, de l’aspirine et du Remdesivir, même si pour l’instant cet antiviral a montré des résultats plutôt modeste dans la lutte contre le coronavirus. Mais pour Donald Trump, « ces traitements sont des miracles venus directement de Dieu ».

►À lire aussi : Donald Trump testé positif au Covid-19, ou l’arroseur arrosé

« Ce matin, le président va très bien », a rassuré Sean Conley, le médecin de la Maison Blanche. Selon lui, le chef de l’Etat a souffert de fièvre, de toux, de congestion légère et de fatigue. Mais ses symptômes « se réduisent et s’améliorent », et la fièvre a disparu ces dernières 24 heures. Le médecin de la Maison Blanche a aussi assuré que son patient n’était pas sous oxygène, tout en restant évasif quand des journalistes lui ont demandé s’il l’avait été plus tôt.

Un discours renforcé par les messages de Donald Trump sur Twitter, son canal de communication préféré. « Je vais bien, je crois. Merci à tous. Amour ! », a-t-il tweeté dans la nuit de vendredi à samedi.

Et en début d’après-midi samedi, peu après la prise de parole de Sean Conley, le président a ajouté : « Les médecins, les infirmiers et tous les membres du super centre médical Walter Reed, et ceux d’autres institutions tout aussi incroyables qui les ont rejoints, sont fantastiques ! D’énormes progrès ont été réalisés ces six derniers mois pour combattre ce fléau. Avec leur aide, je me sens mieux ! »

Une source prétend que « les 48 prochaines heures seront critiques »

Mais dans la foulée des déclarations du médecin de Donald Trump, son directeur de cabinet Mark Meadows s’est montrée beaucoup plus alarmiste. Selon lui, les « signes vitaux » du candidat républicain lors des dernières 24 heures « ont été très inquiétantset les 48 prochaines heures seront critiques en termes de soins. Nous n’avons toujours pas emprunté une voie claire vers le rétablissement. »

Autre double communication : le même Sean Conley a refusé de dire si Donald Trump avait été récemment sous assistance respiratoire, alors qu’une source citée par CNN affirme que le président a recu de l’oxygène avant de s’envoler pour l’hopital militaire vendredi.

Le médecin présidentiel a enfin semé le doute sur la date du diagnostic de Donald Trump. Sean Conley a parlé d’un diagnostic établi sur 72 heures, ce qui ferait remonter le test à mercredi. Or, il a été annoncé qu’il avait été effectué jeudi. Les Américains ont cru un temps que le président avait participé à des événements publics mercredi et jeudi, tout en se sachant malade. La méprise, qui a duré 2 heures, a semé la consternation dans le New Jersey où il a participé à une levée de fond et dans le Minnesota où il a tenu 2 meetings ces jours là.

Donald Trump a reçu deux traitements. Un premier cocktail expérimental développé par la société Regeneron, qui a donné des premiers résultats prometteurs lors des essais cliniques. Puis, il a eu une injection de l’antiviral remdesivir, premier médicament autorisé contre les formes graves du Covid-19. Les médecins le pensent aussi efficace contre les formes plus légères. Il n’a en revanche pas été question d’hydroxychloroquine, ce traitement dont Donald Trump a dit le plus grand bien au printemps et qu’il disait prendre à titre préventif.

Le docteur Sean Conley, médecin de la Maison Blanche, parle à la presse de l'état de santé de Donald Trump, le 3 octobre 2020.
Le docteur Sean Conley, médecin de la Maison Blanche, parle à la presse de l’état de santé de Donald Trump, le 3 octobre 2020. Ken Cedeno/Reuters

Une cérémonie du 26 septembre cible des critiques

Il n’y a, à ce jour, aucune certitude concernant la façon dont le président américain a été contaminé. Mais d’après le New York Times, il se pourrait que Donald Trump ait contracté le Covid-19 lors d’une cérémonie à la Maison Blanche, samedi 26 septembre, en l’honneur de la nomination de la juge Amy Coney Barrett à la Cour suprême. Quelque 150 invités étaient reçus et aucun n’avait l’obligation de porter un masque ou de respecter une distanciation sociale. Les convives pouvaient même se permettre des accolades. Tous avaient été testés négatifs auparavant, selon la presse américaine.

Une semaine plus tard, cette réception fait l’objet de toutes les critiques. Elle pourrait être la porte d’entrée du Covid-19 dans la résidence présidentielle. Le couple Donald et Melania Trump n’est pas le seul à avoir été testé positif depuis. De nombreux invités l’ont également été depuis, dont le sénateur républicain Mike Lee, l’ancienne conseillère du président Kellyanne Conway, ou encore John Jenkins, président de l’Université Notre Dame.

Une liste qui pourrait bien s’allonger dans les jours à venir, selon chef de cabinet de la Maison Blanche, Mark Meadows. Si on ne semblait pas craindre le coronavirus il y a encore quelques jours à la Maison Blanche, l’heure est désormais grave, et le personnel s’active pour tenter d’identifier l’origine de l’épidémie.

(Avec AFP)

Previous
Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 15 =