Coronavirus: l’Afrique face à la pandémie le mercredi 17 juin

Une fresque murale à Dar es Salaam en Tanzanie où les autorités ont annoncé mardi la réouverture des écoles. Ericky BONIPHACE / AFP

Texte par : RFI

L’Afrique comptait ce mercredi 17 juin 260 073 cas confirmés de coronavirus. Le Covid-19 a déjà coûté la vie à 7 036 personnes sur le continent, selon le Centre africain de prévention et de contrôle des maladies. Les pays les plus touchés par la pandémie sont l’Afrique du Sud (76 334 cas), l’Égypte (47 856), le Nigeria (17 148), le Ghana (12 590), l’Algérie (11 147), le Cameroun (9 864) et le Maroc (8 985).

• Les soignants sous pression dans plusieurs pays

Ces dernières semaines, l’épidémie s’accélère dans plusieurs pays du continent dont les plus touchés sont l’Afrique du Sud avec plus de 75 000 cas, l’Égypte 47 856 cas et le Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique (200 millions d’habitants) avec 17 148 cas enregistrés. Ces explosions de contaminations ont pour conséquence de rendre le travail des personnels de santé encore plus difficile dans des pays qui manquent drastiquement de matériels médicaux qui ont parfois mis du temps à arriver.

Étant en première ligne, les soignants s’exposent également au virus. En Afrique du Sud, plus de 2 000 professionnels ont contracté le virus et au moins 17 en sont morts, selon le ministère sud-africain de la Santé. Face à cette situation, selon l’AFP qui cite le responsable du syndicat régional des fonctionnaires hospitaliers, Gerald Lotriet, « il y a six grèves depuis avril dans la province du Cap-Occidental, principal foyer de l’épidémie dans le pays, près de 7 000 employés ayant abandonné leur poste en raison des risques de contamination ».

La situation n’est guère reluisante au Nigeria où plus de 800 contaminations et 11 décès ont été enregistrés parmi le personnel médical, selon l’Agence nationale de contrôle des maladies (NCDC). Pour ne rien arranger, les médecins des hôpitaux publics ont entamé lundi une grève illimitée pour dénoncer leurs conditions de travail et l’insuffisance des équipements de protection. Et avec l’augmentation des cas, le pays risque de bientôt manquer de lits pour recevoir les patients. Alors pour limiter l’afflux de malades, les autorités conseillent désormais aux personnes infectées de rester chez elles en isolement.

 À lire aussi : Les médecins des hôpitaux publics du Nigeria en grève et en colère

Le manque d’équipement est également pointé du doigt au Kenya par les soignants, qui ces derniers jours ont manifesté et organisé des mouvements de grève pour réclamer des primes de risques. Le gouvernement a essayé de calmer la situation en promettant de mettre à leur disposition une partie des 2 milliards de dollars (1,8 milliard d’euros) du fonds d’urgence mis en place pour soutenir  le secteur de la santé en cette période de pandémie. Le Kenya compte à ce jour 3 860 cas recensés et 105 décès.

 • Hausse record de cas en Mauritanie

Le pays qui s’était déclaré sans nouveau cas positif le 22 avril a subitement vu le nombre de contaminations bondir en l’espace de quelques semaines. Mardi, le nombre de personnes contaminées enregistrées a dépassé la barre des 2 000 cas. Le bilan officiel fait de état de 2 057 personnes contaminées recensées et 93 décès à la date du 17 juin.

• Tanzanie, réouverture des écoles

La Tanzanie a annoncé mardi la réouverture de ses écoles fermées depuis 3 mois en raison de l’épidémie de Covid-19. Les établissements primaires rouvriront dans 10 jours, le 29 juin, a annoncé lundi le président John Magufuli. Les universités elles ont déjà repris depuis début juin. Une annonce qui suscite des interrogations, puisque la dernière fois que le gouvernement a publié les chiffres de la pandémie, c’était il y a un mois et demi, et le pays enregistrait alors 509 cas et 21 décès. Une gestion opaque de l’épidémie qui laisse croire que l’ampleur des contaminations est minimisée dans le pays.

Contrairement aux autres pays du continent qui ont instauré des mesures plus ou moins strictes de confinement et de couvre-feux, les autorités tanzaniennes avaient seulement opté pour une fermeture des établissements d’enseignements. Les commerces et les transports continuaient de fonctionner normalement, ainsi que les lieux de cultes fréquentés.

En rappel, la Tanzanie a déjà repris son championnat de football le 13 juin, devenant le premier pays africain à avoir repris les compétitions sportives après une interruption à la mi-mars en raison de la pandémie du coronavirus.

• Cameroun, baisse du niveau de vie des ménages

Près de 62,7% des ménages ont vu leur niveau de vie baisser depuis le début de l’épidémie au Cameroun début mars. Ce constat a été fait après une étude réalisée sur une période de deux semaines, entre le 26 avril et le 10 mai 2020 par l’Institut national de la statistique (INS) avec le concours du système des Nations unies au Cameroun. Cette enquête démontre que 74% de Camerounais ont été confrontés à un ralentissement de leur activité et 65% ont vu leur revenu baisser. Pour s’en sortir, les familles ressentent le besoin de solliciter des aides alimentaires ou de recourir au stockage de vivres afin d’éviter d’éventuelles pénuries. Un autre comportement qui a été observé, c’est que les populations ont stocké des produits sanitaires et des médicaments utilisés dans le protocole de traitement du Covid-19.

Pour améliorer leur niveau de vie, les ménages ayant participé à l’enquête de l’INS préconisent des mesures adaptées sur le plan socio-économique pour amortir l’impact de la pandémie sur le pouvoir d’achat. Ils proposent entre autres aux autorités une fourniture gratuite des masques et du gel hydroalcoolique, une distribution de vivres aux familles qui ont un revenu faible, rendre gratuit l’eau et l’électricité pour les ménages vulnérables, baisser les prix des produits de première nécessité, aider les entreprises affaiblies par la crise afin d’éviter des licenciements et les baisses des salaires.

La crise sanitaire a aussi instauré de nouvelles habitudes et un changement de comportement dans la vie sociale, dus aux mesures barrières (port du masque, lavage des mains, distanciation physique) recommandées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
7 × 18 =