Coronavirus aux Etats-Unis : Un médecin meurt à 36 ans, une complication rare du Covid-19 soupçonnée

FAKE OFF Barton Williams, qui avait été atteint du coronavirus avant d’être vacciné contre le virus, est mort le 8 février dans un hôpital de Memphis. Il serait très probablement mort d’un syndrome inflammatoire causé par le Covid-19 et non par le vaccin, explique son médecin à « 20 Minutes »Mathilde Cousin

Une infirmière administre un vaccin contre le Covid-19 à New York, le 13 février.
Une infirmière administre un vaccin contre le Covid-19 à New York, le 13 février. — Lev Radin
  • Le docteur Barton Williams est mort dans un hôpital de Memphis, aux Etats-Unis, le 8 février. Il avait contracté le coronavirus sans le savoir et reçu deux doses du vaccin Pfizer contre le Covid-19 au moins trois semaines avant son hospitalisation.
  • Des anticorps liés à une contamination au coronavirus, et non au vaccin, ont été trouvés dans son corps.
  • Le médecin est très probablement mort d’une réaction inflammatoire rare, conséquence du Covid-19 et qui avait déjà été observée dans une vingtaine d’adultes atteints par ce virus.

La mort d’un médecin américain, à l’âge de 36 ans, a suscité nombre de rumeurs en ligne sur le vaccin anti-Covid-19. Barton Williams, un chirurgien orthopédiste, est mort le 8 février dans un hôpital de Memphis, trois jours après y avoir été admis. Il avait auparavant contracté le coronavirus sans le savoir et reçu deux doses du vaccin de Pfizer au moins trois semaines avant d’être hospitalisé.

FAKE OFF

Les autorités sanitaires locales et nationales travaillent avec l’hôpital pour établir définitivement la cause du décès. Il est très probable que le chirurgien soit mort d’un syndrome inflammatoire multisystémique de l’adulte, qui crée une réaction inflammatoire aiguë, explique à 20 Minutes le docteur Stephen Threlkeld, spécialiste des maladies infectieuses, qui a pris en charge Barton Williams à l’hôpital. Un article paru en novembre dans la Revue médicale suisse a comparé ce syndrome « à une réponse immune extrême dans le cadre d’un syndrome postinfectieux ».

Cette réaction peut se déclencher chez des patients atteints de Covid-19. Barton Williams ne savait pas qu’il avait été contaminé, et un test PCR à l’hôpital s’est révélé négatif. Toutefois, des anticorps ont été retrouvés chez lui, et ils provenaient bien d’une infection par le virus, et non de la vaccination. Ceux-ci se sont révélés être « l’anticorps de la protéine de nucléocapside [présente dans le virus], et celui-ci n’est pas contenu dans le vaccin, détaille le docteur Threlkeld à 20 Minutes. Seule la protéine Spike est contenue dans le vaccin. »

Le médecin écarte l’hypothèse d’un lien entre le vaccin et la réaction inflammatoire. « Nous savons que probablement 50 millions de personnes ont reçu le vaccin rien qu’aux États-Unis, et que personne d’autre, aucun autre adulte, n’a souffert de ce syndrome après le vaccin. Il [Barton Williams] est le premier », appuie Stephen Threlkeld. Bien que soulignant la difficulté de tirer une conclusion générale à partir de ce cas, « il n’y a aucun lien connu entre le vaccin et ce problème particulier », ajoute-t-il.

En octobre, les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), l’organisme fédéral américain chargé de la santé publique,avaient fait état de 27 adultes qui avaient développé ce syndrome. Aucun n’avait reçu le vaccin, qui n’était pas encore disponible pour le grand public. Les auteurs de cet article précisaient que l’intervalle entre la contamination et la survenue du syndrome n’était pas encore connu.

Inscrivez-vous à notre newsletter La Fake Off

JE M’INSCRISToutes les semaines, recevez un récapitulatif des fausses informations qui circulent

Stephen Threlkled encourage la population à continuer de se faire vacciner : « Le vaccin est efficace à 95 % pour prévenir les infections symptomatiques chez l’homme, rappelle-t-il. Comme nous savons que ce vaccin est si efficace pour prévenir l’infection, je pense ce que nous devons retenir de cette tragédie, c’est que nous devons nous faire vacciner le plus rapidement possible. Car nous savons que la maladie elle-même est liée à cette grave complication. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 × 17 =