Coronavirus: au Mali, un laboratoire pour décontaminer les tests

Manipulations de coronavirus dans un laboratoire. (Image d'illustration) Photo: Seyllou/AFP

Texte par : RFI

Au Mali, toujours aucun cas confirmé de Covid-19, alors que plus de 100 cas suspects ont été testés. Mais à Bamako, les équipes médicales se préparent à l’arrivée du virus. Six institutions sanitaires pourront accueillir des malades, les travaux d’aménagement sont en cours. Quatre laboratoires sont habilités à tester les malades, mais un seul a les capacités de décontaminer les échantillons.

Avec notre correspondante à Bamako, Coralie Pierret

L’accès est interdit, seuls les laborantins protégés de la tête aux pieds peuvent pénétrer dans une petite salle du laboratoire du centre de recherche du point G. Derrière les vitres, le docteur Bassirou Diarra supervise la décontamination. Deux personnels déballent un kit. « Un cas suspect vient d’arriver. Nous, on tue le virus avant de le traiter », explique-t-il.

Une fois l’échantillon décontaminé, il peut être testé dans la salle du docteur Amadou Koné. Les 13 personnes de son équipe se relaient jour et nuit depuis le début de l’épidémie. Car tous les tests du pays sont envoyés ici, y compris ceux des soldats de l’EUTM, la Mission de formation de l’Union européenne, et du personnel de la Minusma, la Mission des Nations unies.

2 500 tests disponibles

Jeudi, cette équipe avait déjà effectué 128 tests : « Il faut se préparer psychologiquement déjà, et techniquement, technologiquement… On est préparés. Parce que c’est une question de temps. Les mesures de restriction de voyages, peut-être que ça va contribuer à amoindrir. »

Ici, tous les médecins prévoient un pic de l’épidémie. Seuls 2 500 tests sont disponibles, selon le professeur Seydou Doumbia, le doyen de l’université : « Il en faudra encore plus. Nous souhaitons, pour le moment, que nous ne soyons pas dépassés par nos capacités ».

En fin de semaine, le Premier ministre a prévenu de la probable saturation du système de santé malien en cas d’explosion de la maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
32 ⁄ 16 =