Communiqué sur Wagner au Mali: première réaction des autorités de la transition

Texte par :RFI

Première réaction des autorités de la transition malienne au communiqué des 15 pays occidentaux partenaires du Mali sur la présence de Wagner dans le pays. Ce vendredi 24 décembre à Bamako, s’est tenu un conseil supérieur de défense national autour du président de la transition, le colonel Assimi Goïta. La situation sécuritaire ainsi que l’évolution des mesures à apporter notamment face à la réorganisation du dispositif de Barkhane ont été évoqués. En marge de cette réunion, les autorités ont dans un communiqué lu à la télévision national vivement démenti les « allégations de quelques partenaires » sur la présence de la société russe Wagner.

Avec notre correspondant à BamakoKaourou Magassa

Il est un peu plus de 20 heures ce vendredi au Mali lorsqu’un journaliste rejoint le présentateur du journal de la télévision nationale. Face caméra, il lit un communiqué des autorités qui répond aux condamnations de la veille de quinze pays occidentaux dont la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et le Canada sur le déploiement de mercenaires de la société russe Wagner.

► À lire Mali: les partenaires internationaux condamnent fermement le déploiement du groupe Wagner

Dans le texte, le gouvernement rejette ces accusations qu’il qualifie de rumeurs et face à « ces allégations », il « exige que des preuves lui soit apportées par des sources indépendantes ».

PUBLICITÉ

Pour renforcer « les capacités » des forces de défenses, l’État malien ne reconnaît qu’être engagé « dans un partenariat d’État à État avec la Fédération de Russie ». 

À ce titre, le gouvernement reconnaît la présence de formateurs russes sur son territoire. En plus de ceux de l’EUTM, la mission de formation de l’Union européenne.

Depuis des semaines, la France, l’Union européenne, la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest et les États-Unis s’inquiètent d’un possible rapprochement des autorités maliennes avec la société privée de sécurité Wagner.

Accusé d’exactions dans plusieurs pays dont la Centrafrique, un déploiement de mercenaires au Mali est jugé par plusieurs partenaires incompatible avec leur présence dans le pays.

Source : RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 18 =