Ce recomptage de voix réclamé par Trump a finalement profité à Biden

Jade Toussay

Donald Trump (ici à Washington le 20 novembre 2020) avait demandé un recompte des voix dans le Wisconsin. Mal lui en a pris. (Photo: ASSOCIATED PRESS)
Donald Trump (ici à Washington le 20 novembre 2020) avait demandé un recompte des voix dans le Wisconsin. Mal lui en a pris. (Photo: ASSOCIATED PRESS)

ÉLECTIONS AMÉRICAINES – Rien ne se passe décidément comme prévu pour Donald Trump. Avant même l’annonce de sa défaite à l’élection présidentielle, le président sortant avait exigé le recomptage des bulletins dans plusieurs États où le résultat était serré. Mais cette stratégie n’a pas franchement tourné en sa faveur.

Parmi les États-clés susceptibles de faire basculer le scrutin se trouvait le Wisconsin, remporté par le républicain en 2016. Mais cette année, l’État a finalement penché en faveur des démocrates – de très peu: lors de la proclamation des résultats, seul 0,6 point séparait les adversaires.

Sans surprise, Donald Trump a donc immédiatement demandé – et payé la bagatelle de 3 millions de dollars – un nouveau décompte. Dans le département de Milwaukee, celui s’est achevé ce vendredi 27 novembre. Et malheureusement pour le président en poste, il n’a fait que confirmer la victoire de Joe Biden… en lui offrant même des voix supplémentaires.

Alors que Joe Biden avait récolté 317,270 voix lors du premier décompte, le second lui a attribué 257 bulletins supplémentaires. Donald Trump n’en a obtenu que 125 de plus.

“Nous avons examiné chaque vote, recompté le moindre bulletin parmi ceux qui ont été correctement envoyés, c’était un processus transparent que le public a pu observer, un procédé équitable pour le candidat lésé qui a demandé le recomptage et a eu l’opportunité d’assister au dépouillement et de s’opposer aux bulletins qu’il estimait ne pas devoir &eci…

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.Notre objectif est d’assurer la meilleure expérience possible pour nos utilisateurs et de créer une communauté respectueuse de chacun. Nous travaillons à l’amélioration de cette expérience et pendant cette période, le module commentaires a la fin de nos articles n’est pas disponible. Merci de votre compréhension.

Politics

L’équipe de Trump déboutée en appel en Pennsylvanie

ven. 27 novembre 2020 à 6:21 PM UTC

L'ÉQUIPE DE TRUMP DÉBOUTÉE EN APPEL EN PENNSYLVANIE
L’ÉQUIPE DE TRUMP DÉBOUTÉE EN APPEL EN PENNSYLVANIE

WASHINGTON (Reuters) – Une cour d’appel fédérale des Etats-Unis a débouté vendredi l’équipe de Donald Trump qui demandait à ce que soit bloquée l’annonce de la victoire de Joe Biden en Pennsylvanie, infligeant un nouveau revers significatif au président sortant et à ses conseillers.

“Des élections libres et justes sont le poumon de notre démocratie. Des accusations d’iniquité sont graves. Mais affirmer qu’une élection est injuste ne suffit pas à l’établir. Les accusations doivent comporter des allégations précises puis des preuves. Nous n’en avons pas dans cette affaire”, a écrit le juge Stephanos Bibas, résumant l’opinion des trois juges de la cour d’appel du troisième circuit.

Donald Trump, qui a assuré jeudi qu’il respecterait le vote du collège électoral américain, le 14 décembre prochain, continue cependant de se dire victime d’une “élection truquée” et espère inverser l’issue de l’élection présidentielle du 3 novembre dernier, dont son rival démocrate a été déclaré vainqueur.

Le désaveu est d’autant plus rude pour le camp Trump que le juge Bibas a été nommé en personne par le président sortant. Les deux autres juges, Brooks Smith et Michael Chagares, ont été nommé par un autre président républicain, George W. Bush.

“Les électeurs, et non les avocats, choisissent le président. Les bulletins de vote, et non les dossiers, décident d’une élection”, ajoutent les trois juges.

Le camp Trump a rapidement réagi en annonçant qu’il porterait l’affaire devant la Cour suprême des Etats-Unis.

“A la SCOTUS !”, a écrit sur Twitter, reprenant l’acronyme de la plus haute instance judiciaire du pays, Jenna Ellis, une des avocates de l’équipe de campagne du président sortant, avant d’ajouter: “Les rouages judiciaires militants de Pennsylvanie continuent de couvrir les allégations de fraude massive.”

ÉCHÉANCE LE 8 DÉCEMBRE

La victoire de Biden en Pennsylvanie, avec 80.000 voix d’avance, a été certifiée cette semaine.

Elle lui attribue les 20 grands électeurs désignés par cet Etat crucial de la région des Grands lacs au Collège électoral.

En l’état des résultats déclarés, Joe Biden est crédité de 306 grands électeurs contre 232 pour Donald Trump. Même si ce dernier parvenait à renverser le résultat du scrutin en Pennsylvanie, il lui faudrait aussi faire basculer deux autres Etats pour rester à la Maison blanche au-delà du 20 janvier prochain.

Or les différents recours formés par ses équipes dans le Michigan, en Georgie, en Arizona et dans le Nevada, tous attribués à Biden, ont échoué.

Les Etats ont jusqu’au 8 décembre pour régler tous les éventuels litiges post-électoraux.

Les tentatives du camp présidentiel semblent vouées à l’échec, mais la remise en cause permanente de l’intégrité du processus électoral par Donald Trump risque de laisser des traces très profondes dans l’opinion.

Des sondages montrent qu’une majorité des électeurs républicains estiment que leur candidat a bien remporté l’élection et ils sont nombreux à partager ses affirmations relative à une fraude en dépit de l’absence de preuves.

L’appel rejeté vendredi était consécutif à une décision rendue par le juge de district Matthew Brann, qui avait estimé le 21 novembre que le recours déposé par les avocats de Trump était un “monstre de Frankenstein” juridique, assemblant des “arguments sans fondement” et des “accusations spéculatives”.

(Makini Brice et Tom Hals; version française Henri-Pierre André)Notre objectif est d’assurer la meilleure expérience possible pour nos utilisateurs et de créer une communauté respectueuse de chacun. Nous travaillons à l’amélioration de cette expérience et pendant cette période, le module commentaires a la fin de nos articles n’est pas disponible. Merci de votre compréhension.

Politics

Trump fait un pas de plus vers l’acceptation de sa défaite

Challenges

Donald Trump a déclaré pour la première fois jeudi qu’il quitterait la Maison Blanche si la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle du 3 novembre était confirmée, franchissant un pas supplémentaire vers la reconnaissance de sa défaite.

Le président américain venait de présenter ses voeux aux forces armées pour la grande fête américaine de Thanksgiving lorsqu’il a été interpellé par des reporters.

Est-il prêt à admettre formellement sa défaite si le collège des grands électeurs confirme que le démocrate Joe Biden sera le prochain président américain ? “Ce sera quelque chose de très difficile à accepter, parce nous savons qu’il y a eu une fraude massive”, a-t-il répondu.

Trump rejoint le camp des présidents battus (AFP - )
Trump rejoint le camp des présidents battus (AFP – )

Trump rejoint le camp des présidents battus (AFP – )

Quittera-t-il alors la Maison Blanche le 20 janvier, jour de la prestation de serment du prochain président des Etats-Unis ? “Bien sûr que je le ferai. Et vous le savez”, a-t-il répondu du bout des lèvres.

Ces mots, dans la bouche de Donald Trump, ont de l’importance, car son refus d’admettre la victoire de son adversaire est unique dans l’histoire du pays. Même si le passage de relais entre lui et Joe Biden au début de l’an prochain ne faisait déjà plus guère de doute.

Le collège des grands électeurs se réunira le 14 décembre pour désigner officiellement le vainqueur de l’élection. Ce devrait être une formalité.

“Beaucoup de choses d’ici le 20 janvier”

Donald Trump, à Washington, le 26 novembre 2020  (AFP - ANDREW CABALLERO-REYNOLDS)
Donald Trump, à Washington, le 26 novembre 2020 (AFP – ANDREW CABALLERO-REYNOLDS)

Donald Trump, à Washington, le 26 novembre 2020 (AFP – ANDREW CABALLERO-REYNOLDS)

“Je pense qu’il va se passer beaucoup de choses d’ici le 20” janvier, a tenu aussi à avancer le président sortant.

Jusqu’ici, tous les recours judiciaires introduits par le président sortant ont échoué. Et les Etats-clés de cette élection, les uns après les autres, en certifient les résultats.

Donald Trump a encore affirmé jeudi que l’infrastructure électorale des Etats-Unis était celle d'”un pays du tiers-monde”. Mais il n’a apporté aucune preuve ou élément concret à l’appui de ses accusations de triche à l[…]

Source : Huffpost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 × 13 =