Cameroun: un sénateur de l’opposition abattu en pleine rue à Bamenda

Vue de Bamenda, capitale du Nord-Ouest camerounais. (Image d’illustration) AFP / Reinnier Kaze

Texte par :RFI

Emmanuel Kemende était une figure du SDF, le parti de l’opposition fondé par John Fru Ndi. Ses tueurs ont disparu dans la nature. Mais pour la police, il ne fait aucun doute que les auteurs de cet assassinat sont à chercher dans les rangs des combattants séparatistes.PUBLICITÉ

Avec notre correspondant à YaoundéPolycarpe Essomba

Selon une source interne au SDF, le sénateur Emmanuel Kemende, également avocat au barreau du Cameroun, était sorti de chez lui pour déposer un visiteur.

Peu après 19 heures, alors qu’il est sur le chemin du retour, il est intercepté par un groupe d’hommes armés qui le somme de sortir du véhicule. À peine a-t-il posé les pieds sur terre que l’un des hommes lui tire dessus à bout portant. Une balle en plein cœur et une autre dans la tête.

Ses agresseurs disparaissent aussitôt et le laissent agonisant sur la chaussée. Un moto-taximan passant par là, se porte à son secours. Le sénateur, qui n’est pas encore décédé, aura juste le temps de lui donner le numéro de téléphone de son épouse avant de rendre l’âme.

Pour les autorités policières, il ne fait aucun doute qu’Emmanuel Kemende a été abattu par les combattants ambazoniens. Son camarade de parti, le député Jean-Michel Nitcheu, parle d’assassinat et n’exclut aucune hypothèse dans cette zone de guerre où armée régulière et forces séparatistes s’affrontent depuis de longs mois.

Du côté du SDF, les soupçons pèsent également sur les « sécessionistes ambazoniens », selon le vice-président du SDF, Joshua Osih. « Nous pensons aujourd’hui que d’une façon ou d’une autre, les sécessionnistes sont impliqués et nous avons des informations qui indiquent qu’il a été suivi de chez lui jusque-là où il a été tué », explique-t-il avant d’exprimer son incompréhension face à la mort du député. 

Nous sommes stupéfaits du fait qu’il ait été abattu à bout portant dans sa voiture par des assaillants qui étaient à l’intérieur de sa voiture. C’est quelqu’un qui était très impliqué dans sa communauté et dans sa ville. On ne s’attendait pas du tout à cela. Il travaillait tous les jours pour essayer de ramener la paix dans le nord-ouest. Le sénateur était aussi avocat et donc il défendait beaucoup de personnes qui étaient, d’une façon ou d’une autre, abusivement traduites devant les juridictions à cause de la crise dans le nord-ouest et le sud-ouest. Donc nous ne comprenons pas comment il a pu être la cible d’un assassinat.

Le vice-président du SDF, Joshua Osih

Claire Fages

Une chose est sûre : cet incident, en pleine Coupe d’Afrique des nations, est de nature à mettre Yaoundé sur les dents.

Source : RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 × 11 =