«Biens mal acquis»: en appel, la justice alourdit la peine de Teodorin Obiang

Teodorin Obiang, vice-président de Guinée équatoriale, en mai 2019. Michele Spatari / AFP

Texte par :RFI

La justice française condamne en appel, ce lundi 10 février, Teodorin Obiang, vice-président de Guinée équatoriale, à trois ans de prison avec sursis et 30 millions d’euros d’amende pour s’être frauduleusement bâti un patrimoine considérable en France.

La justice a alourdi en appel la condamnation prononcée en première instance. Le 27 octobre 2017, à l’issue du premier procès dit des «biens mal acquis» devant la justice française, le tribunal correctionnel de Paris avait prononcé la même peine d’emprisonnement, mais avait assorti du sursis l’amende de 30 millions d’euros. C’est donc sur l’amende qu’a été alourdie cette condamnation, précise notre envoyée spéciale, Laura Martel.

► À lire aussi : Sur les « biens mal acquis », un rapport demande un mécanisme de restitution aux populations

Les magistrats ont également confirmé la confiscation de l’ensemble des biens saisis, dont un somptueux hôtel particulier avenue Foch à Paris, qui reste toutefois suspendue à une décision de la Cour internationale de justice (CIJ). Dans l’attente de l’issue de cette procédure, l’hôtel particulier ne peut être saisi. Une série d’audiences opposant Malabo à Paris est prévue à La Haye, siège de la CIJ, la semaine prochaine, du 17 au 21 février 2020.

Ce bâtiment de six étages est situé sur l'avenue Foch, l'une des plus  prestigieuses et chères de la capitale française, et sa valeur est estimée  entre 100 et 150 millions d'euros.
Ce bâtiment de six étages est situé sur l’avenue Foch, l’une des plus prestigieuses et chères de la capitale française, et sa valeur est estimée entre 100 et 150 millions d’euros. Photo AFP / Eric Feferberg

Sommes blanchies estimées à 150 millions d’euros

Ancien ministre promu vice-président, le fils du président Teodoro Obiang Nguema ne s’est pas présenté lors de son procès en appel, pas plus qu’au premier procès il y a trois ans. Ses avocats n’ont eu de cesse de contester la légitimité de la justice française. Ils n’ont pas souhaité réagir au micro de RFI. L’ambassadeur guinéen en France n’a pas non plus souhaité commenter, mais souligne que « ce sera à mon gouvernement d’en tirer les conséquences ».

Teodorin Obiang, 50 ans, a été déclaré coupable de trois des quatre chefs d’accusations : blanchiment d’abus de biens sociaux, blanchiment de détournement de fonds publics, blanchiment d’abus de confiance. Contrairement au premier procès, il a toutefois été relaxé du délit de blanchiment de corruption. Il faudra attendre pour connaître les motivations de la cour.

Les sommes blanchies en France sont estimées à 150 millions d’euros. Lors du procès en appel, en décembre, le parquet général avait requis contre lui quatre ans d’emprisonnement avec mandat d’arrêt, 30 millions d’euros d’amende et la confiscation des biens saisis.

L’ONG Transparency International satisfaite

Cette relaxe partielle comme le fait que le tribunal n’a pas suivi les réquisitions du parquet n’entame en rien la satisfaction des parties civiles. Pour William Bourdon, pour l’ONG Transparency International, « il s’agit d’un jugement historique qui envoie un signal fort aux dirigeants corrompus même s’il ne doute pas que le marathon judiciaire se poursuive ». Teodorin Obiang possède en effet encore des recours devant la justice française comme internationale.

Le président de Transparency International, Marc-André Feffer, souligne que ce jugement « valide les deux objectifs que s’étaient fixés l’ONG » : faire en sorte que la France ne puisse plus être une terre du blanchiment d’argent et enclencher une procédure qui laisse espérer que l’argent pris aux populations puisse un jour leur être restitué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
7 − 2 =


A lire aussi