Algérie: Saïd Bouteflika condamné à 15 ans de prison

Par RFI Publié le 25-09-2019 Modifié le 25-09-2019 à 09:31

Après deux jours de procès, les juges du tribunal militaire de Blida ont condamné ce mercredi 25 octobre, à 15 ans de prison pour complot contre l’autorité de l’État algérien, les personnes suivantes : le frère de l’ex-président, Saïd Bouteflika, deux anciens chefs du renseignement et une responsable politique, Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT, trotskistes).


Saïd Bouteflika, le frère du président algérien déchu écope de 15 ans de prison lors de son procès à Blida.
© AFP Photos/Farouk Batiche

Il n’a fallu que 48 heures aux juges de Blida pour se décider. Le 24 septembre, dans la soirée, le procureur avait requis 20 ans de prison. Le lendemain, l’agence officielle de presse APS a annoncé les peines retenues pour atteinte à l’autorité de l’armée et complot contre l’autorité de l’État : 15 ans de prison pour ceux qui sont en détention provisoire et 20 ans pour les trois qui ne sont pas présents au tribunal.

Il s’agissait du procès spectaculaire d’anciens très hauts responsables que l’on croyait intouchables et qui n’avaient jamais été inquiétés par la justice. Il s’agissait surtout du procès de plusieurs réunions qui se sont tenues pour étudier une option de transition différente de celle demandée par Ahmed Gaïd Salah.

Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major, homme fort du pays, avait dénoncé un complot organisé par ceux qu’il appelle « la bande », qui est, comme il le répète à travers ses discours réguliers, le symbole des maux qui traversent le pays aujourd’hui. Le chef d’état-major avait promis de neutraliser ces individus. Mais ce procès emblématique a été rapide. Pour certains, il s’agit d’un règlement de comptes politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 × 5 =